Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On est surchargés" : le refuge SPA de Forbach croule sous les arrivées de chatons à cause du Covid-19

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

A cause de l'épidémie de Covid-19, et plus précisément du confinement, les naissances de chatons sont en nette hausse en ce moment en Moselle. Malheureusement, beaucoup d'entre-eux se retrouvent errants et atterrissent à la SPA. Le refuge est rempli de chatons qui ne demandent que l'adoption.

Il y a une soixantaine de chatons recueillis pour l'heure au refuge de Forbach.
Il y a une soixantaine de chatons recueillis pour l'heure au refuge de Forbach. © Radio France - Arthur Blanc

C'est l'une des conséquences inattendues de la crise sanitaire que nous sommes en train de vivre. En Moselle, les naissances de chatons se multiplient et les refuges de la SPA sont débordés. C'est le cas notamment à Forbach, où la trentaine de bénévoles doit prendre en charge 59 bébés chatons, sur une centaine de chats au total. "Cette année, il y en a vraiment beaucoup, plus que les années précédentes", confie Cindy, bénévole depuis 16 ans sur place. En cause : le confinement, qui a poussé les vétérinaires à fermer leurs cabinets et donc à ne plus faire de stérilisation

Après deux mois de gestation, les populations de chatons sont donc en nette hausse, et débarquent en nombre à la SPA, comme à Forbach. "On en a toujours beaucoup, mais c'est vrai que depuis le mois de mai, les jeunes sont nombreux", confie Leïla Mouilley, la directrice de l'établissement. Plus de travail donc, notamment pour ceux qui ont besoin d'être socialisés. "Certains sont arrivés sans leur maman ou tout seul, il faut leur apprendre à vivre avec l'humain."

La trentaine de bénévoles doit s'occuper de ces chatons.
La trentaine de bénévoles doit s'occuper de ces chatons. © Radio France - Arthur Blanc

Pour le reste, les adoptions sont évidemment ouvertes. En général, elles déclinent au cours de l'été, mais pour cette année, le refuge a besoin de trouver des familles d'accueil. "Ils sont prêts et ils jouent en attendant", ironise Leïla Mouilley. Le refuge est ouvert tous les après-midi pour recevoir d'éventuels adoptants. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess