Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Inquiétude et incertitude après l'effondrement de la chaussée dans le centre-ville d'Amiens

Les gérants de la brasserie La Bonne humeur ont découvert vendredi 16 août le trou qui s'est formé à quelques centimètres de leur commerce place Léon-Debouverie, quatre jours plus tôt. Ils sont inquiets, d'autant que les travaux prévus sur place ne pourront pas commencer avant au moins lundi.

Le magasin de chaussures et la mercerie, situés à quelques mètres du trou, ont le droit de rouvrir.
Le magasin de chaussures et la mercerie, situés à quelques mètres du trou, ont le droit de rouvrir. © Radio France - Noémie Lair

Amiens, France

"Ça fait tout drôle, surtout quand on a travaillé là pendant des années." Daniel, le propriétaire des murs de la brasserie La Bonne humeur place Léon-Debouverie à Amiens, constate avec effarement les dégâts, vendredi 16 août. Quatre jours plus tôt, le sol s'est effondré juste à côté du commerce, laissant un important trou

Comme lui, Pascal, l'un des gérants, a bien du mal à réaliser : "On voit ça à la télé mais on n'imagine que ça puisse arriver au bord de notre commerce un jour." Il n'était pas présent au moment de l'effondrement et découvre le trou ce vendredi.

C'est toute une vie d'économie donc on est très très inquiets."

Après le choc, il y a les questions. Et elles sont nombreuses car propriétaire comme gérants ne savent pas encore précisément les conséquences que ce trou va avoir. "On est à deux sur cette brasserie, c'est notre outil de travail, c'est toute une vie d'économie donc on est très très inquiets quant aux suites des événements, raconte Pascal. On se demande ce que ça va donner."

Sécuriser un trou encore "trop dangereux"

Ils vont devoir attendre la fin des expertises pour en savoir plus. Des spécialistes ont inspecté la cavité mais personne n'est descendu dans le trou vendredi, "c'est beaucoup trop dangereux", indique Philippe Magnier, directeur général adjoint des services techniques en soulignant que des pavés étaient encore tombés le matin-même. 

En revanche, il y a une bonne nouvelle puisque le bâtiment "n'a pas bougé", aucune fissure n'a été constatée.

La caméra n'a pas pu être descendue dans le trou car il n'est pas encore suffisamment sécurisé. - Radio France
La caméra n'a pas pu être descendue dans le trou car il n'est pas encore suffisamment sécurisé. © Radio France - Noémie Lair

Avant d'espérer faire passer une caméra pour repérer s'il y a d'autres cavités, il va falloir étayer l'extension de la brasserie, enlever des blocs de béton et couler une dalle pour sécuriser la zone. Une entreprise spécialisée doit venir lundi sur place pour évaluer la situation de la véranda-terrasse de la brasserie qui interroge. 

Ensuite alors, il faudra remplir les cavités avec "un autoplaçant qui s'apparente à du béton et qui se place et se compacte tout seul", explique Philippe Magnier. Il espère avoir terminé cette première partie de travaux en fin de semaine prochaine.

Réouverture des commerces

Deux commerces situés juste à côté - un magasin de chaussures et une mercerie - ont l'autorisation de rouvrir. Les occupants des appartements vont également pouvoir rentrer chez eux. Le marché aura bien lieu mais certains étals devront être déplacés vers l'autre partie de la place.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu