Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

"On était confiné et il y avait un gars avec une arme qui se baladait autour" : l'angoisse d'une Bretonne à Christchurch

samedi 16 mars 2019 à 7:42 Par Annaïg Haute et Tudi Crequer, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique et France Bleu

Elle habite à une centaine de mètres de la mosquée qui a été attaquée. Louliya, une Quimpéroise installée depuis deux mois en Nouvelle-Zélande, raconte l'attaque telle qu'elle l'a vécue dans son quartier de Christchurch.

Le quartier de cette jeune bretonne est resté bouclé.
Le quartier de cette jeune bretonne est resté bouclé. © Maxppp - Kyodo

Quimper, France

"Je peux quasiment voir la mosquée de chez moi", explique Louliya, une jeune Quimpéroise récemment installée en Nouvelle-Zélande. Ce vendredi, au moment de la tuerie qui a fait 49 morts à Christchurch, elle se trouvait dans son appartement. Elle a entendu les coups de feu "vraiment distinctement, confie-t-elle à France Bleu, mais on a pensé que c'était des gens qui jouaient. Ensuite, on a vu à la télé et sur nos téléphones que c'était des vrais coups de feu, ça nous a fait bizarre."

"Quand on a eu les infos, le tireur était toujours en liberté, on nous a demandé de rester chez nous, confiné"

_"On allait tous sortir, faire du sport ou aller faire les courses...  Quand on a eu les infos, le tireur était toujours en liberté, on nous a demandé de rester chez nous, confinés, e_xplique la jeune femme. C'était assez impressionnant, on nous demandait de rester chez nous et on savait qu'il y a avait un gars qui se baladait avec son pistolet autour, c'était assez angoissant" 

Après l'attaque le silence, et le survol des drones

Elle explique que son quartier, habituellement très animé est resté très silencieux "on entendait juste les sirènes, les hélicoptères et les drones qui tournaient au dessus". La zone reste bouclée et elle explique qu'elle devra probablement se déplacer à pied aujourd'hui, pour se rendre à son travail dans un restaurant de la ville.