Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Etat d'urgence : 40 perquisitions administratives en Indre-et-Loire

-
Par , France Bleu Touraine

Il y a eu 40 perquisitions administratives en Indre et-Loire depuis la proclamation de l'état d'urgence, mi-novembre. Plus de la moitié ont eu lieu à Tours et Joué-les-Tours, mais il y en a aussi eu dans des communes rurales, comme Ozouer-en-Touraine ou Notre Dame d'Oé.

Pas assez de contrôles dans les magasins selon le préfet d'Indre-et-Loire
Pas assez de contrôles dans les magasins selon le préfet d'Indre-et-Loire © Maxppp

Depuis le début de l'état d'urgence, il y a eu 40 perquisitions administratives en Indre-et-Loire selon le préfet Louis le Franc. Des armes et des stupéfiants ont été saisis au cours de ces opérations. Trois personnes ont été interpelées, en plus du tchétchène radicalisé arrêté mardi matin. Ces perquisitions ont été menées dans des communes de l'agglomération de Tours, mais aussi des communes rurales, soit 14 communes au total.

La moitié de ces perquisitions ont eu lieu à Tours. Quatre à Joué-les-Tours, deux à St Pierre-des-Corps, deux à Amboise, mais trois par exemple sur Chinon. La plupart des perquisitions se déroulent chez des personnes qui font partie de l'entourage d'individus signalés pour terrorisme ou qui demeurent un objectif prioritaire des services de renseignements français. Il s'agit pour les enquêteurs de lever les doutes qui peuvent subsister. Et parmi les objectifs prioritaires de la DGSI, il y avait bien des personnes qui vivaient isolées à la campagne.

Une seule assignation à résidence

Pour le moment en Touraine, il n'y a eu qu'une seule assignation à résidence. Celle du tchétchène de 27 ans interpellé mardi. En revanche, une cinquantaine d'individus font l'objet d'une fiche S. Des individus connus comme étant radicalisées ou en passe de l'être. Sur ces cinquante personnes, une dizaine sont particulièrement surveillées par la Direction générale de la sécurité intérieure. 

Le Tchétchène proche d'un passage à l'acte ?

Le ressortissant Tchétchène interpellé à Tours mardi dernier est toujours en garde à vue dans les locaux de la cellule antiterroriste du parquet de Paris. Cet homme âgé de 27 ans avait rejoint la ville de Tours en octobre 2014 après avoir fait un voyage en Syrie. Il était radicalisé et sans doute proche d'un passage à l'acte, c'est du moins l'avis du préfet d'Indre et Loire Louis Le Franc. Des éléments retrouvés chez lui laissent penser que cet homme était potentiellement très dangereux, et qu'il aurait pu rapidement passer à l'acte.

Les commerçants ne jouent pas le jeu

Le préfet d'Indre-et-Loire regrette par ailleurs que tous les commerçants ne fassent pas contrôler les sacs de leurs clients. Surtout dans les grosses zones commerciales où il y a beaucoup de monde. Pour le préfet, le public ne se plaint pas de ces contrôles, au contraire.

Cette mesure devrait être appliquée partout, en raison de l'état d'urgence, mais Louis le Franc constate que ce n'est pas le cas, et il s'en plaint. Il demande donc aux commerçants de renforcer les contrôles, même si il ne peut pas l'imposer. Il pourrait fermer certains magasins mais il ne le fera pas pour ne pas nuire à l'activité commerciale, surtout en cette période.

Choix de la station

France Bleu