Faits divers – Justice

Etat d’urgence : les directeurs d’école rappelés à l’ordre

Par Thierry Campredon et Faustine Mauerhan, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu mercredi 13 janvier 2016 à 15:41

Les consignes de sécurité s'affichent devant les écoles
Les consignes de sécurité s'affichent devant les écoles © Radio France - Faustine Mauerhan

Les directeurs d'école du Doubs viennent de recevoir une lettre pas très agréable de la part du Rectorat. Il leur demande de respecter les consignes de sécurités mises en place après les attentats du 13 novembre à Paris

C’est un rappel à l’ordre qui a surpris plus d’un directeur d’école. Dans leur boite aux lettres, ils ont reçu un courrier du Rectorat leur demandant de bien mettre en place les nombreuses mesures de sécurité décidées dans le cadre du plan d'état d’urgence après les attentats du 13 novembre à Paris. Les consignes sont claires : un adulte doit être présent à la grille de l’école aux heures d'entrée et de sortie, il doit vérifier l'identité des parents, vérifier le contenu de leur sac. Enfin, les directeurs d’école ont jusqu'à mi-février pour organiser des exercices "intrusion" avec les enfants.

« Il est impossible de mettre toutes les mesures en place »

Ces consignes, toutes les écoles les avaient reçues dès le 23 novembre, mais deux mois plus tard, celles-ci ne sont pas toujours appliquées, et pour cause, certaines mesures sont impossibles à mettre en place regrette Nadia Barznica, responsable du syndicat Snuipp-FSU dans le Pays de Montbéliard : "en maternelle, l’accueil se fait à l’intérieur des classes, les parents entrent dans les écoles, et bien entendu si un enseignant doit être à la grille pour observer les gens qui entrent, il ne peut pas être en même temps à l’accueil de ses élèves".

« Pas des boucliers humains »

Si toutes les consignes ne peuvent pas être appliquées à la lettre, certains directeurs d’école font tout de même de leur mieux pour sécuriser leur établissement, à l’image de ce directeur d’une école du pays de Montbéliard qui a fait installer un interphone à la grille d’entrée, car il ne veut pas que les enseignants servent de bouclier humain de fortune : "avec la meilleure volonté du monde, est-ce qu’on peut empêcher quelqu'un de déterminé de rentrer sans d’ailleurs de pouvoirs d’autorité policière ou autre".

En attendant, et pour rassurer un peu les parents, les patrouilles des forces de l'ordre ont été renforcées devant l’ensemble des écoles du pays de Montbéliard. 

Nadia Barznica, responsable du syndicat Snuipp-FSU dans le Pays de Montbéliard

Partager sur :