Faits divers – Justice

État d'urgence : "Les honnêtes citoyens n'ont rien à craindre pour leur liberté" assure le prefet de l'Isère

Par Nicolas Crozel, France Bleu Isère mercredi 27 janvier 2016 à 9:28

Jean Paul Bonnetain
Jean Paul Bonnetain - Maxppp

Alors que le conseil d'État se prononce ce mercredi soir sur un recours déposé par la ligue des droits de l'homme qui demande une suspension de l’état d'urgence, le préfet de l'Isère, invité de France Bleu Isère Matin, réaffirme le bien fondé du dispositif pour lutter contre le terrorisme.

Depuis le 13 novembre, 98 perquisitions administratives ont été conduites dans le département de l’Isère, toute décidées par le préfet lui même comme le stipule l'état d'urgence. _"Dans plus de 25% des cas, elles ont permis de trouver des choses, les contenus informatiques sont en cours d'analyses" _justifie le préfet invité de France Bleu Isère ce matin.

Interrogé sur les craintes de certaines associations et de la Ligue des droits de l'Homme qui dénonce des "dérives",  des perquisitions qui ont parfois permis de trouver de la drogue mais dont le lien avec le terrorisme n'est pas toujours évident. Jean-Paul Bonnetain répond que des individus se radicalisent en prison et que "si ils sont en prison, ce n'est pas à cause de leur religion mais à cause de leur activité délinquante,  donc on voit bien qu'il y a des liens."

Jean-Paul Bonnetain préfet de l'Isère

Quant aux menaces sur les libertés individuelles, le préfet de l'Isère rappelle que les  "honnêtes gens n'ont rien à craindre".