Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Etudier "presque" normalement en prison à Caen

mercredi 14 février 2018 à 9:20 Par Nolwenn Le Jeune, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu

Faire des études en prison "presque" normalement, c'est possible au centre de détention de Caen. Grâce à un partenariat signé entre l'administration pénitentiaire, le rectorat et l'université. Il met en place un dispositif pour faciliter l'accès aux études supérieures, via un système web sécurisé.

Les détenus du centre pénitentiaire de Caen ont accès aux cours de l'université via un web sécurisé.
Les détenus du centre pénitentiaire de Caen ont accès aux cours de l'université via un web sécurisé.

Caen, France

Les détenus longue peine incarcérés à Caen peuvent désormais suivre des études supérieures. Grâce à un système internet ultra sécurisé, ils ont accès aux cours et peuvent passer leurs examens. Un dispositif qui devrait donner des idées à d'autres universités. 

Le rêve de Julien, détenu à Caen depuis 2 ans, devenir journaliste

La pièce ressemble à une salle informatique comme tant d'autres. Sur les écrans des ordinateurs, des cours d'histoire, de sociologie, ou encore d'anglais. La différence, c'est que nous sommes ici en plein coeur du centre de détention de Caen. Julien est en licence de lettres modernes. "Je suis actuellement en 2ème année, et je m'accroche. Mon rêve, c'est d'intégrer une école de journalisme." Julien étudie la plupart du temps dans sa cellule, "pour être au calme." Mais quand il a besoin, il vient se connecter à un des ordinateurs pour avoir accès aux cours de l'université. 

Avant, bien souvent, les cours sur polycopiés arrivaient après les examens

Les contenus auxquels les détenus ont accès n'arrivent pas en détention par internet, car c'est interdit en milieu carcéral, mais au moyen d'une "moddle box". C'est une sorte de petit boitier, déconnecté d'internet, mais qui permet d'accéder aux contenus de l'université. "Avant, il fallait attendre que les polycopiés de la fac passent le filtre de l'administration pénitentiaire, et bien souvent, les cours arrivaient après les examens..!" se souvient Chantal Meyer Plantureux, vice présidente de l'université de Caen, en charge de la vie universitaire et de la culture. C'est elle qui a supervisé la mise en place du système. Et elle sait que d'autres universités ne vont pas tarder à suivre. "Paris 7 a été une des premières à permettre aux "étudiants empêchés" de suivre des cours. Je sais qu'ils sont très intéressés par notre retour d'expérience."

Les études en prison divisent par deux le taux de récidive

Et preuve qu'une peine de prison peut être l'occasion d'un nouveau départ, l'an passé, un ancien détenu caennais est devenu doctorant. Pour la petite histoire, il était libre, mais c'est en détention, là où il avait travaillé sur sa thèse, qu'il a tenu à venir la soutenir. Encourageant quand on sait que les études en détention divise par deux le taux de récidive.

Etudier "presque" normalement en prison à Caen