Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre
Dossier : Euro 2016 à Marseille

Euro 2016 : jusqu'à un an de prison ferme pour les supporters arrêtés à Marseille

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Provence, France Bleu
Marseille, France

Six Britanniques, un Autrichien et trois Français ont été jugés ce lundi après les violences la semaine dernière à Marseille en marge de l'Euro. La peine la plus lourde : un an ferme (et un an avec sursis) pour un Aixois de 30 ans.

Violences entre supporters russes et anglais à Marseille.
Violences entre supporters russes et anglais à Marseille. © Maxppp -

Trois Français, six Britanniques et un Autrichien ont été jugés lundi pour violences sur les forces de l'ordre et d'autres supporters, après les violences sur le Vieux-Port et le cours Estienne d'Orves à Marseille samedi, en marge du match entre l'Angleterre et la Russie, a indiqué le parquet de Marseille, au cours d'une conférence de presse. Mais ces arrestations concernent aussi des faits qui remontent à la veille, voire l'avant-veille du match.

Un an ferme pour un Aixois de 30 ans

David a été reconnu grâce aux caméras de vidéo-surveillance. Il a frappé, jeudi soir dans les environs du Vieux Port, trois personnes qui n'ont pas été pour leur part identifiées. Des coups de pied, de poing et de ceinture. Il a aussi volé un drapeau et arraché le maillot d'un supporter anglais.

"Ça me paraît largement hors de proportion. Il sert d'exemple, mais il n'est pas le seul", Jean-Pierre, oncle de David.

A Marseille, 10 comparutions immédiates. Le compte-rendu de FB Provence

Deux supporters anglais condamnés à des peines de prison ferme de deux et trois mois

Un infirmier psychiatrique de 41 ans, Ian Hepworth, a été condamné par le tribunal correctionnel de Marseille à trois mois de prison ferme et deux ans d'interdiction du territoire français. Le deuxième supporter, Alexander Booth, un chef cuisinier de 20 ans, a écopé de deux mois de prison ferme et deux ans d'interdiction de territoire. Ils étaient accusés de jets de bouteille en verre sur les forces de l'ordre.

Un Autrichien est pour sa part condamné à cinq mois ferme, et deux ans d'interdiction de territoire français.

"On va se battre.. il y a plus de justice au tribunal des kangourous", le père d'un Anglais de 20 ans, condamné à deux mois ferme, pour jets de canette. Il ne reconnaît avoir jeté qu'un gobelet en plastique

Les grands absents du procès ? Les usses, selon maître Karine Laignez

"Aucun des hooligans russes arrêtés" (Parquet de Marseille)

Le parquet a également reconnu que la police n'a pu interpeller aucun des 150 hooligans russes, "extrêmement entraînés". Le responsable de l'unité spécialisée dans le football de la police britannique a affirmé dimanche que les supporters russes qui se sont battus avec les anglais samedi portaient "des protège-dents, des gants de combat et des couteaux".

Vingt gardes à vue

Vingt personnes ont été placées en garde à vue, dont trois Allemands en cours de matinée. Ils ont mis le feu à des poubelles à la sortie de la Fanzone.

Le britannique de 51 ans grièvement blessé dans un état critique mais stable

Concernant le supporter britannique de 51 ans grièvement blessé au crâne, samedi, son état est "critique mais stable" a précisé le parquet de Marseille. "Il n'y a pas eu de faille" dans le maintien de l'ordre public a ajouté le parquet.

Au total depuis vendredi, les autorités françaises ont procédé à une centaine d'interpellations pour violences, qui ont donné lieu à soixante-trois gardes à vue, trois expulsions du territoire et cinq interdictions d'entrée sur le sol français, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, communiqués dimanche soir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess