Société

Les premiers migrants de la "Jungle" de Calais sont arrivés dans la Marne

Par Sylvie Bassal et Alexandre Audabram, France Bleu Champagne-Ardenne lundi 24 octobre 2016 à 17:02 Mis à jour le mardi 25 octobre 2016 à 10:50

Les migrants à leur descente du bus à Sainte-Ménéhould, accueillis par le maire (à gauche) et le Sous-Prefet (àdroite)
Les migrants à leur descente du bus à Sainte-Ménéhould, accueillis par le maire (à gauche) et le Sous-Prefet (àdroite) - Alexandre AUDABRAM

L'évacuation de la "Jungle" de Calais a débuté ce lundi 24 octobre et doit se poursuivre ce mardi et mercredi. Les migrants sont répartis dans différents Centres d'Accueil et d'Orientation en France, notamment à Reims, Châlons-en-Champagne, Sézanne, Ste Ménehould, Rimogne et Charleville-Mézières.

Les premiers migrants en provenance de Calais sont arrivés dans la Marne, à Sainte-Ménéhould, aux alentours de 17 heures ce lundi 24 octobre. Un bus blanc parti le matin du Pas-de-Calais et suivi par les gendarmes grâce à un GPS. Après avoir laissé 16 migrants dans la ville marnaise, le bus a pris la direction de Saint-Dié dans les Vosges avec d'autres migrants à son bord.

A Sainte-Ménehould, quinze Soudanais et un Tchadien ont été pris en charge, accueillis à leur descente du bus par le maire de la commune, Bertrand Courot et le secrétaire général de la Préfecture de la Marne et Sous-Préfet de Sainte-Ménéhould, Denis Gaudin. Les 16 migrants se sont vus offrir une collation et des boissons chaudes avant d'être accompagnés dans leurs nouveaux logements. "Ils sont dans des appartements", explique Denis Gaudin "Ils ont besoin de se reposer, parce que la vie à Calais est difficile, de se reconstruire, parce que certains ont eu des expériences difficiles avec des passeurs et de faire les démarches pour demander l'asile en France".

L'arrivée des migrants à Ste Ménehould - Radio France
L'arrivée des migrants à Ste Ménehould © Radio France - Alexandre Audabram

Les quatre centres d' accueil du département sont gérés par des associations : Jamais seul, CCAS de Châlons-en-Champagne, Club de prévention et Fondation de l'Armée du salut. Elles les encadrent au quotidien, d'abord en leur distribuant des paniers repas et des kit d’hygiène, en leur offrant une aide sanitaire et surtout une aide dans leurs démarches administratives.

"Ils ne sont pas contraints et forcés de venir ici" - Le sous préfet de Ste Ménéhould

Au départ de Calais, chaque migrant choisit dans quelle région il souhaite se rendre et si beaucoup ont encore en tête l'objectif de se rendre en Angleterre, ceux-là souhaitent rester en France explique Denis Gaudin : "Ce sont les passeurs qui les persuadent que l'Angleterre est la seule voie, mais ceux-là ont compris que leur avenir passe par la France et par une demande d'asile en France".

Descente du car en provenance de Calais - Radio France
Descente du car en provenance de Calais © Radio France - Alexandre Audabram

L' accueil des premiers migrants de la "Jungle " de calais dans la Marne - Radio France
L' accueil des premiers migrants de la "Jungle " de calais dans la Marne © Radio France - Alexandre Audabram

D'autres migrants arriveront à Reims ce mardi et à Chalons-en-Champagne ce mercredi. Une partie de ces derniers arrivants seront envoyés dans un centre à Sézanne. "Dans la Marne, les maires ont été compréhensifs", explique le sous-préfet de Ste Ménéhould, "nous n'avons eu aucun mal à trouver des villes accueillantes et à Ste Ménéhould, les habitants n'ont manifesté aucune réticence".

Les Ardennes vont également en accueillir : une trentaine de migrants sont attendus à Rimogne et une cinquantaine à Charleville-Mézières, malgré le mécontentement du maire Les Républicains Boris Ravignon. Dans un communiqué il explique qu'il refuse d'accueillir des migrants dans le foyer de jeunes travailleurs de la Houillère. Il parle d'une "opération décidée comme par hasard à quelques mois des élections alors que le problème existe depuis plusieurs années".

Denis Gaudin, sous-Préfet de Ste Ménéhould à propos des migrants : "Ce sont des pauvres gens qui fuient la guerre"

Partager sur :