Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Fusillade dans les rues de Strasbourg : l'hypercentre bouclé par la police.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait

Faits divers – Justice

Évasion de Redoine Faïd : le braqueur avait été transféré sept fois en quinze mois, révèle la ministre de la Justice

mercredi 4 juillet 2018 à 12:06 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a indiqué, ce mercredi matin, qu'elle excluait de démissionner de son poste après l'évasion de Redoine Faïd de la prison de Réau. Elle a aussi révélé que le braqueur avait été transféré à sept reprises ces quinze derniers mois.

La prison de Réau, en Seine-et-Marne, d'où s'est évadé Redoine Faïd dimanche.
La prison de Réau, en Seine-et-Marne, d'où s'est évadé Redoine Faïd dimanche. © Maxppp - MARINE LEGRAND/Le Parisien

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a indiqué, ce mercredi matin sur RTL, que Redoine Faïd, qui s'est évadé dimanche par hélicoptère de la prison de Réau, avait fait l'objet de sept transferts en quinze mois. Elle a également exclu de démissionner, après l'appel en ce sens de Marine Le Pen qui l'a accusée de "défaillance".

La direction interrégionale pénitentiaire avait averti de risques de passage à l'acte 

La direction interrégionale pénitentiaire de Paris avait demandé le transfert de Redoine Faïd quelque temps avant son évasion, sur la base d'informations laissant penser qu'il prévoyait de se faire la belle. L'administration centrale pénitentiaire a répondu que cela ne pouvait pas être envisagé avant septembre, malgré des mises en garde sur un risque de passage à l'acte. "Il va de soi que je suis entièrement responsable de ce qu'il se passe dans mon administration mais ce n'est pas moi à titre personnel qui prend ces décisions", a déclaré la garde des Sceaux à RTL.

"Il faut savoir que Redoine Faïd, dans les 15 derniers mois, a été transféré à sept reprises", a-t-elle précisé. "Cela  n'était pas la première fois qu'il était à Réau, mais il a déjà  fait l'objet de transferts."

Il va de soi que Redoine  Faïd était en permanence en train de préparer une évasion." - Nicole Belloubet 

La mission d'inspection devra étudier si les réponses de l'administration pénitentiaire étaient, en l'occurrence, "pertinentes" et "adaptées à la situation", a-t-elle ajouté.  Nicole Belloubet a rappelé qu'il y avait une obligation de ne pas laisser au même endroit plus de trois ou quatre mois les  détenus "particulièrement signalés" comme Redoine Faïd. "Peut-être est-ce trop long, c'est un point sur lequel il   faudra travailler", a-t-elle souligné. "Il va de soi que Redoine  Faïd était en permanence en train de préparer une évasion."

La ministre exclut de démissionner 

Quant à une éventuelle démission, la ministre a répondu : "Non, non, pas du tout. Je pense que ça n'est vraiment pas le bon moment". La veille, la présidente du Rassemblement national (RN, ex-FN) Marine Le Pen avait dénoncé une "défaillance du système pénitentiaire" à laquelle s'ajoutait "une défaillance politique en réalité : c'est la ministre de la Justice qui est défaillante". La garde des Sceaux est sous le feu des critiques depuis l'évasion de Redoine Faïd de la prison de Réau (Seine-et-Marne) dimanche.