Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
An Error Occurred: Forbidden

Oops! An Error Occurred

The server returned a "403 Forbidden".

Something is broken. Please let us know what you were doing when this error occurred. We will fix it as soon as possible. Sorry for any inconvenience caused.
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Evence Richard, le préfet de la Loire tire le bilan de la manifestation de ce samedi à Saint-Étienne

dimanche 16 décembre 2018 à 14:19 Par Yves Renaud, France Bleu Saint-Étienne Loire

Pour lui, la manifestation de ce 5eme acte de la mobilisation des gilets jaunes à Saint-Étienne était beaucoup plus violente que les précédentes

Evence Richard le préfet de la Loire ce dimanche matin
Evence Richard le préfet de la Loire ce dimanche matin © Radio France - Yves Renaud

Saint-Étienne, France

Lors de sa conférence presse bilan ce dimanche matin, il est revenu sur les affrontements entre casseurs et  forces de l'ordre qui se sont déroulés en marge de la manifestation des gilets jaunes 

"Le public était quand même assez sensiblement différent le noyau le plus important était constitué de gilets jaunes qui protester comme ils le font régulièrement….  la semaine dernière ils avaient été rejoints par 200 à 300 jeunes qui était là pour dégrader,  et piller et même si ce n’est pas le terme le plus approprié, jouer avec les forces de l’ordre…… Cette fois, on avait pas le public jeune, ça se voit sur les interpellations, on avait une part de l’ultra gauche extrêmement bien organisée, extrêmement bien équipée qui voulait vraiment là pour le coup, casser du policier. Ils avaient d’abord des moyens de protection quand même relativement sophistiqués en termes de masques, de casques, certains étaient même équipés de plaques métalliques sous leurs vêtements. Ils avaient des gants, des coudières, des jambières et puis surtout du  matériel qui pouvait être extrêmement dangereux."

Les policiers ont dû faire face à des agresseurs déterminés ?  

Certains avaient  des matraques, d’autres des couteaux et puis surtout et surtout  beaucoup d’artifices ce qu’ils utilisaient en tir tendu et pour quelques-uns des engins pour lancer des billes de verre sur les forces de l’ordre.

C’est ce niveau d’agression qui a incité la police à utiliser rapidement les gaz lacrymogènes ? 

La réponse des forces de l’ordre est toujours la même, quand ils sont pris à partie, elles répondent et donc là, il y avait la nécessité de répondre à la prise à partie dont elle faisait l’objet. Il y avait aussi une autre nécessité qui était d’empêcher les casseurs de regagner le centre commerçant.

Des affrontements violentes entre la place Carnot et le boulevard Jules Janin samedi - Radio France
Des affrontements violentes entre la place Carnot et le boulevard Jules Janin samedi © Radio France - Yves Renaud

Allez-vous comme le demande Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur faire évacuer les ronds-points  ?

Je rappelle que dans la plupart des cas, il s’agit d’occupations illégales du domaine public et qu’en fonction de l’évolution de la situation dans les prochains jours,  il faudra sans doute les faire cesser. 

Compte tenu de ces éléments le bilan est plutôt satisfaisant ?

Nous avons eu beaucoup de chance par rapport à la détermination de certains casseurs samedi d’avoir les forces de police, que ce soit CRS  et encore escadron de gendarmerie mobile d’Annecy extrêmement réactifs qui ont permis d’encadrer la manifestation au plus tôt et de procéder donc à un nombre d’interpellations supérieur à la semaine passée ....53 interpellations. C’est de une de plus que la semaine dernière, mais il y a encore le 39 en garde à vue en cours ce dimanche  et à la différence  de la semaine dernière ou on avait plus de la moitié de mineurs, là on en a que 3 ou 4. La moitié des personnes interpellées étaient déjà connues des services de police et 60% d’entre eux venaient de communes extérieures à Saint-Étienne ( Puy de Dôme, Haute Loire, Vallée du Gier, Ondaine ou encore Roanne). Ce sont pour la plupart des gens qui n’avaient pas été identifiés sur les précédentes manifestations. Coté victimes, un officier de police a été assez sérieusement blessé avec 4 jours d’ITT et 10 jours d’arrêt maladie, 6 autres blessés plus légèrement et un seul manifestant répertorié.