Faits divers – Justice

Evry/Courcouronnes : des affrontements entre bandes rivales de plus en plus violents

Par Virginie Pironon, France Bleu Paris mardi 29 septembre 2015 à 12:29

En 2006, un jeune des Pyramides à Evry avait trouvé la mort dans un affrontement
En 2006, un jeune des Pyramides à Evry avait trouvé la mort dans un affrontement

Cette nuit, 6 individus, dont un mineur, ont été interpellés et placés en garde à vue suite à une fusillade. Les tirs, à coup de revolvers et de fusil à pompe, ont fait 2 blessés. Le pronostic vital des victimes, transportées à l’Hôpital Sud-Francilien, n’est pas engagé.

La fusillade, à coup de revolver et de fusil à pompe, a éclaté vers minuit et demi la nuit dernière, quartier du Bois Sauvage, à Evry. Des policiers, qui ont entendu les déflagrations, se rendent immédiatement sur les lieux et prennent en chasse les tireurs. Après une course-poursuite dans les rues de la préfecture de l’Essonne, six individus, dont un mineur, sont interpelés. Les autres sont âgés de 18 à 20 ans.

A l’exception d’une seule personne, tous sont originaires du quartier des Pyramides, à Evry. Les deux victimes elles, viennent du quartier voisin, le quartier du Canal, à Courcouronnes. Blessées aux jambes, elles ont été transportées à l’hôpital Sud-Francilien, mais leurs jours ne sont pas en danger. La sûreté départementale de l’Essonne est chargée de l’enquête.

Nouvelle ampleur depuis 48 heures

Ces affrontements entre bandes rivales semblent avoir pris une nouvelle ampleur ces dernières 48 heures, avec des échauffourées le week-end dernier, dans la nuit de samedi à dimanche, impliquant également des jeunes venus de la ville voisine de Grigny. Pour les syndicats de policiers, « cela n’arrête pas, deux à trois fois par semaine, depuis 6 à 8 mois. Les matchs aller-retour sont de plus en plus violents ».

Plus grave : ces épisodes de violences à répétitions rappellent la période la plus sombre de l’histoire de ces deux quartiers des Pyramides et du Canal, il y a une quinzaine d'années. En 2000, par exemple, un collégien de Courcouronnes, Romuald, est tué d'un coup de fusil.  En 2006, un jeune des Pyramides, Espère, décède d'un coup de couteau. 

« Le risque d’engrenage existe, explique le successeur de Manuel Valls à la mairie d’Evry, le socialiste Francis Chouat. Il faut continuer ce que nous faisons depuis toujours : développer les initiatives communes pour la sécurité publique. Heureusement, ajoute l’élu, l’affrontement de la nuit dernière a été contenu, interrompu et dispersé. Il faut tuer dans l’œuf ce type d’agissements. »

De son côté, le maire Les Républicains de Courcouronnes, tire la sonnette d’alarme : « je suis inquiet, dit Stéphane Beaudet, car nous avons mis des années à apaiser nos quartiers. Chacun doit faire passer un message d’apaisement. Sinon, tout ceci se terminera encore par un drame. »