Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ex-patron des policiers du Bas-Rhin limogé : son avocat dénonce une sanction "démesurée"

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Soupçonné de malversations lorsqu'il était le DDSP du Bas-Rhin, Jean-François Illy a été démis de ses fonctions début janvier. Son avocat contre-attaque dans la presse ce samedi.

Jean-François Illy en 2016 à Strasbourg, aux côtés de Bernard Cazeneuve et Roland Ries
Jean-François Illy en 2016 à Strasbourg, aux côtés de Bernard Cazeneuve et Roland Ries © AFP - PATRICK HERTZOG

Une sanction "démesurée", "violente et injuste". L'avocat de l'ancien directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) des Alpes-Maritimes et du Bas-Rhin contre-attaque, après le limogeage de Jean-François Illy mercredi, soupçonné de malversations. Dans un interview parue samedi 11 janvier dans Nice-Matin, Me Hervé de Surville estime que la sanction "n'est pas proportionnelle aux sommes en jeu" et bafoue la présomption d'innocence.

"Prêt à assumer, mais pas de cette façon"

Jean-François Illy, 55 ans, fait l'objet d'une enquête administrative de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN). Il est notamment soupçonné d'avoir utilisé son chauffeur et sa carte bancaire de service pour des activités et des frais non professionnels lorsqu'il était le DDSP du Bas-Rhin entre 2012 et début 2019.

Dans Nice-Matin, son avocat explique que Jean-François Illy "accepte ces reproches" et "est prêt à assumer, mais pas de cette façon". "Il allait voir sa mère malade, partait à 3 heures du matin et rentrait le soir. Certes, il a utilisé la voiture de service parce qu'un directeur départemental de la sécurité publique, c'est comme un préfet : il est en fonction H24, sept jours sept", justifie Me Hervé de Surville, expliquant que son client "a l'impression d'être déjà jugé".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu