Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Disparition de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki à Besançon

EXCLU - Affaire Narumi : le juge chilien parle pour la première fois : "il faudrait me donner un indice"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

C'est la première fois qu'il s'exprime dans les médias sur l'affaire Narumi. Jorge Dahm est le juge chilien, en charge du dossier de Nicolas Zepeda Contreras, le suspect numéro un aux yeux de la justice française. Un témoignage exclusif recueilli par notre correspondante au Chili, Laurie Fachaux.

Jorge Dahm, juge chilien à la Cour Suprême en charge du dossier Zepeda.
Jorge Dahm, juge chilien à la Cour Suprême en charge du dossier Zepeda. © Radio France - Laurie Fachaux

Besançon, France

C'est une exclusivité France Bleu Besançon. Notre correspondante au Chili, Laurie Fachaux, a pu interviewer le juge chilien à la Cour suprême, en charge du dossier de Nicolas Zepeda Contreras. Ce dernier, un chilien de 26 ans est soupçonné par la justice et les enquêteurs bisontins d'avoir enlevé et tué Narumi, l'étudiante japonaise disparue à Besançon en décembre dernier.

Si on accuse cette personne d’homicide, il faudrait au moins me donner un indice quant à l'endroit où se trouve le cadavre", Jorge Dahm, juge à la Cour suprême du Chili

Fin janvier la Cour suprême du Chili avait rejeté la demande du gouvernement français en refusant le placement en détention provisoire du suspect numéro un. Elle estimait qu'une simple interdiction de sortie du territoire pendant deux mois était suffisante. Le juge de la Cour suprême chilienne, Jorge Dahm, persiste et signe ce vendredi au micro de notre correspondante : "On accuse ce jeune homme de séquestration et d’homicide. Mais en France, à ce que je sache, jusqu’à présent, le cadavre n’est pas apparu. Et donc si on accuse cette personne d’homicide, il faudrait au moins me donner un indice quant à l'endroit où se trouve le cadavre. Mais ici, on n’a rien de tout ça. Et donc, je trouve l’enquête sur ce délit un peu faible."

Qu'une chose soit claire : la France n'a pas encore demandé l'extradition", Jorge Dahm

Et le juge tient à clarifier la situation : "Qu’une chose soit claire aussi, la France n’a pas encore demandé l’extradition. Il existe juste une demande de détention provisoire parce que la France va demander l'extradition. Le Chili n’a aucun problème pour livrer ses ressortissants, afin qu’ils soient jugés à l’étranger. Et avec la France, nous entretenons de très bonnes relations. Si les pièces fournies par la France sont suffisamment fortes, le plus probable c’est qu’il y ait extradition. Mais si ce sont juste des suppositions, alors là, il faudra évaluer cette hypothèse." L'interview est à écouter en intégralité ci-dessous.

EXCLU - en intégralité l'interview du juge chilien en charge du dossier de Nicolas Zepeda Contreras

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu