Faits divers – Justice

VIDÉO - Un mort dans une fusillade sur l'A55 près de Marseille, la victime abattue sous les yeux des automobilistes

Par Thibault Maisonneuve et Philippe Boccara, France Bleu Provence et France Bleu jeudi 16 février 2017 à 23:30 Mis à jour le vendredi 17 février 2017 à 13:41

Une fusillade sur l'A55 près de Marseille.
Une fusillade sur l'A55 près de Marseille. © AFP - BORIS HORVAT

Scène d'une rare violence sur l'A55 jeudi vers 22h50 dans le sens Martigues-Marseille. Trois voitures se sont livrées à une course-poursuite avec échange de coups de feu. Deux véhicules poursuivaient une troisième voiture dont le conducteur a été abattu sous les yeux des automobilistes.

La scène a choqué les automobilistes qui circulaient jeudi soir sur l'A55 entre Martigues et Marseille. Trois voitures dont une Twingo noire se sont lancées dans une course-poursuite, roulant d'après certains témoins, à près de 150 km/h et obligeant les autres automobilistes à s'écarter et à ralentir.

Des tirs en rafales devant les automobilistes

Des témoins racontent avoir vu deux véhicules dont une grosse cylindrée poursuivant une troisième voiture, une Twingo noire. Cinq cent mètres plus loin, alors que plusieurs automobilistes avaient actionné les feux de détresse, des coups de feu tirés en rafale ont retenti. Des individus sont sortis de l'une des voitures pour abattre à la kalachnikov le conducteur de la Twingo avant de mettre le feu à la Renault sur le bord de l'autoroute mais également à l'une des voitures appartenant aux tireurs.

"J'ai dit à mes enfants : il va se passer quelque chose de grave. Ces gens sont complètement fous" (Paul).

Paul a été témoin de la scène : "On revenait de vacances, on était en voiture avec mes enfants sur l'A55. On a vu de chaque côté de notre voiture trois véhicules qui se poursuivaient. Il y avait une Twingo sur la droite, deux autres véhicules qui nous ont doublé par la gauche, ils nous ont frôlés. Moi j'étais avec mes trois enfants dans la voiture, je leur ai dit "il va se passer quelque chose de grave. Ces gens sont complètement fous, il va y avoir un accident". Quelques dizaines de secondes après, on a entendu des coups de feu, plusieurs rafales de coups de feu. On a réussi à se mettre sur la borne d'arrêt d'urgence. Et on a vu des voitures en feu, sur le toit, devant nous".

"C'était la panique. On a eu vraiment très peur" (Paul).

Une BMW retrouvée brûlée aussitôt après

Les suspects ont pris la fuite à bord du troisième véhicule. Une heure après, une BMW était retrouvée brûlée aux Pennes-Mirabeau. Les enquêteurs pensent qu'il s'agit de la voiture des tireurs présumés.

"Quand on est dans une voiture avec des enfants, et qu'on est au cœur de ce genre de choses, on se dit que sa dernière heure est arrivée, et on a vraiment très peur", poursuit Paul. "Même si vous n'y êtes pour rien, vous pouvez à un moment ou un autre vous prendre une balle. C'est ce qui aurait pu se passer pour nous et les autres automobilistes"'.

"Qu'on est au cœur de ce genre de choses, on se dit que sa dernière heure est arrivée" (Paul).

La piste du règlement de comptes privilégiée

C'est bien la piste du règlement de comptes sur fond de trafic de stupéfiants qui est privilégiée. Il s'agit du troisième tué par balles dans les Bouches-du-Rhône depuis le début de l'année.

Jeudi soir également un homme de 27 ans a été tué dans le quartier du Jas-de-Bouffan à Aix-en-Provence. Le 7 février, une figure du banditisme, Meddy Remadnia, âgé de 33 ans était abattu à Allauch. Une cinquantaine de douilles de kalachnikov avait été retrouvée sur place.