Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

EXCLU - Une enquête ouverte à Dax après des phénomènes inexpliqués à l'hôpital

vendredi 8 février 2019 à 20:50 Par Paul Ferrier, France Bleu Gascogne et France Bleu

INFO France Bleu Gascogne - Personnels et familles sont inquiets après des actes étranges qui se déroulent depuis trois semaines au service gériatrique de l'Hôpital de Dax, sur le site du Lanot. La police a ouvert une enquête et la sécurité a été renforcée.

Le site du Lanot, illustration.
Le site du Lanot, illustration. - Google Street View

Dax, France

Des portes et des fenêtres qui s'ouvrent toutes seules alors qu'elles viennent d'être fermées. Des objets et du matériel médical qui changent de place de manière inexpliquée. Des chaises qui se retrouvent en plein milieu du couloir comme par magie.

Pire. Le drap d'une patiente tétraplégique enlevé en pleine nuit. Elle ne peut pas l'avoir fait toute seule. Il y a enfin ces poches d'urine ouvertes et déversées par terre ou sur des paillasses. Voilà de quoi affoler franchement le personnel soignant et les familles de patients. Certains, avec un sourire un peu inquiet, parlent même du "Belphégor de l'hôpital".  

Le responsable au sein de l'hôpital ?

Mais au commissariat de Dax, on ne croit pas aux fantômes. Une enquête a donc été ouverte et les enquêteurs soupçonnent plutôt un plaisantin de très mauvais goût qui voudrait faire peur à tout le monde. C'est réussi. Et si les policiers évoquent une très mauvaise blague, c'est qu'aucun acte "grave" sur des patients ou des personnels ne leur est remonté. Ils ont une autre hypothèse, tout comme certains personnels. Il pourrait s'agir d'un acte interne. D'abord parce que pour entrer la nuit, il faut un code, ensuite parce que certaines manipulations de matériel nécessiteraient des compétences médicales. 

Depuis le début des faits, il y a trois semaines, la police fait des rondes et des agents de sécurité sont venus en renfort sur le site. Dispositif visiblement efficace, car le Belphégor de l'hôpital se ferait plus discret.