Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

EXCLU : Claude Fousse, l'ancien président de l'US Orléans Football en garde à vue

vendredi 4 mai 2018 à 5:45 - Mis à jour le vendredi 4 mai 2018 à 6:00 Par Christophe Dupuy, France Bleu Orléans et France Bleu

L’homme d’affaires, ancien président de l’USO Foot Claude Fousse et l'un de ses fils Jérôme ont été placés jeudi matin en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire d’Orléans. Ils devraient être présentés au parquet en vue de leur mise en examen pour abus de biens sociaux notamment.

Le stade de foot d'Orléans la Source rénové en 2014 lors de l'accession en Ligue 2
Le stade de foot d'Orléans la Source rénové en 2014 lors de l'accession en Ligue 2 © Radio France - Christophe Dupuy

Orléans, France

C’est en tant que président de l’USO Foot que Claude Fousse et l’un de ses fils sont poursuivis pour abus de biens sociaux, recel d’abus de biens sociaux, faux et usage de faux. Les faits reprochés à l’homme d’affaires âgé aujourd’hui de 78 ans ont un lien avec les travaux pour l’homologation du Stade de la Source lors de l’accession en 2014 du club en Ligue 2. Des travaux qui ont coûté à l’époque six millions d’euros, une partie étant pris en charge par les collectivités locales dont la Mairie d’Orléans.

Une longue enquête de la police judiciaire

Ce placement en garde à vue de Claude et Jérôme Fousse fait suite à une longue enquête menée par la brigade financière de la police judiciaire d’Orléans, enquête au cours de laquelle Philippe Boutron co-président durant cette période de l’USO Foot avec Claude Fousse a également été entendu lors d’une garde à vue. Selon nos informations Philippe Boutron désormais seul président pourrait être également inquiété dans cette affaire même si lui et le club orléanais ont porté plainte contre Claude Fousse en avril, l’année dernière.

Le siège vide au Stade de la Source de l'ancien président Claude Fousse - Radio France
Le siège vide au Stade de la Source de l'ancien président Claude Fousse © Radio France - François Guéroult

Patron une première fois de l’USO Foot dans les années 80/90 avec à l'arrivée une liquidation judiciaire en 1992, Claude Fousse était revenu aux affaires en 2009 avant de nouveau quitter par la petite porte le club en décembre l’année dernière.

De nouveaux ennuis judiciaires pour Claude Fousse

Cette garde à vue et ce probable déferrement devant un juge est un nouvel épisode des ennuis judiciaires de Claude Fousse. L’homme d’affaires et son empire bâti à l’aide d’une myriade de sociétés ont déjà été condamnés par la Justice. En mai 2016, l’ensemble de la branche construction du Groupe Fousse a été liquidée par le tribunal de commerce d’Orléans, six sociétés de construction de maisons individuelles (CTVL, Demeures Terre et Tradition...) ont mis la clé sous la porte avec un passif d’environ 15 millions d’euros.  Une centaine de salariés ont perdu leur emploi. Dans ce volet, des poursuites pénales ont été également engagées par le parquet d'Orléans pour pratiques commerciales illégales. Les sociétés du Groupe Fousse demandaient aux futurs acquéreurs des acomptes ou procédaient à des levées de fonds avant la fin de certaines tranches de travaux, ce qui est illégal. De la cavalerie financière et à l’arrivée des centaines de victimes avec des maisons non terminées à cause de la faillite de la branche construction de l'empire Claude Fousse. Le tribunal correctionnel en septembre 2016 a condamné les sociétés en tant que personne morale à des amendes de plusieurs milliers d’euros mais le parquet a fait appel estimant cette peine insuffisante.