Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans le service des urgences de l'hôpital de Nice "une balle a traversé ma poitrine "

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Trois femmes dont une infirmière ont été blessées aux urgences de l'hôpital Pasteur 2 de Nice lundi soir. L'une d'elle avait ramassé un "stylo-pistolet" tombé par terre. Une balle de calibre 22 mm est partie. Le projectile a traversé la poitrine d'une employée avant de se loger dans son bras.

CHU Pasteur 2 Nice
CHU Pasteur 2 Nice - Violaine ILL

"Ce fut une nuit mouvementée" assure la voix encore tremblante l'employée des urgences de l'hôpital de Nice. Lundi soir, un jeune homme grièvement blessé par balles a été transféré dans le service des urgences le plus important des Alpes-Maritimes, les urgences de Pasteur 2. 

Le blessé a été pris en charge puis un agent voit par terre une "sorte de stylo". En fait il s'agissait d'une arme à feu de la même forme et de la même taille qu'un stylo et qui dispose d'un bouton déclencheur pour permettre de tirer des balles de calibre 22. Sans doute une arme tombée des vêtements du jeune homme blessé.

Cette femme employée au service des urgences (SAU) du CHU de Nice, à l'hôpital Pasteur 2 qui est syndiquée à FO, qui souhaite garder l'anonymat raconte : "J'ai pensé qu'un médecin avait perdu un instrument ou un stylo, je l'ai passé à une infirmière et au moment où elle a pris la stylo le coup est parti. La détonation a été forte... une aide soignante a crié, elle n'entendait plus. L'infirmière a été touchée à une main et moi j'ai ressenti une violente douleur dans la poitrine. Les soignants m'ont pris en charge. J'ai passé un scanner et le médecin m'a expliqué que la balle avait traversé mon sein et s'était logée dans mon corps, dans mon bras. J'ai été opérée. Ils m'ont retiré la balle".

Selon la victime, le service des urgences de Nice connait régulièrement des épisodes dangereux mais jamais le personnel ne s'était retrouvé face à ce type d'armes à feu. "Des policiers étaient sur place et la police scientifique nous a expliqué que ce stylo pouvait contenir trois balles de calibre 22. N'importe qui aurait pu ramasser cette arme."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess