Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EXCLU - Un dermatologue de Roquebrune-sur-Argens en détention provisoire pour viols et agressions sexuelles

Un dermatologue installé à Roquebrune-sur-Argens (Var) a été placé en détention provisoire il y a une dizaine de jours après les plaintes de deux patientes pour agressions sexuelles et viol. Des faits qui se seraient déroulés au sein même du cabinet du praticien entre 2019 et 2021.

le dermatologue a été présenté à un magistrat qui l'a placé en détention provisoire
le dermatologue a été présenté à un magistrat qui l'a placé en détention provisoire © Radio France - Christelle MARQUES

Un dermatologue installé à Roquebrune-sur-Argens et pratiquant également à Valbonne, dans les Alpes-Maritimes a été mis en examen pour agressions sexuelles et viols, puis placé en détention provisoire après les plaintes de deux patientes qui l'accusent. L'homme s'était installé dans le Var en 2017 après avoir déjà eu des démêlés avec la justice en 2016 pour des faits similaires. Et malgré une interdiction d'exercer, il est soupçonné d'avoir poursuivi ses consultations. L'enquête a été confiée aux gendarmes de la brigade territoriale de Fréjus. C'est un travail colossal de vérification que les enquêteurs ont commencé.

Le dermatologue s'est déjà expliqué une première fois devant la justice pour des faits datant de 2016 dans les Alpes-maritimes. En novembre de cette année là, il est même mis en examen pour des agressions sexuelles, et son contrôle judiciaire prévoit une première interdiction d'exercer. Cette interdiction est levée quelques mois plus tard, en novembre 2017 après une période pendant laquelle il était censé suivre des soins. 

Installé dans le Var après avoir été mis en cause dans les Alpes maritimes

Le praticien semble vouloir changer d'air et s'installe alors à Roquebrune-sur-Argens où il poursuit son activité depuis quatre ans. La justice se rappelle à lui en février 2021. Le Tribunal correctionnel de Grasse le condamne en effet à deux ans de prison dont un an avec sursis et une nouvelle interdiction de pratiquer la médecine pour les fameux faits de 2016. 

Pourtant, sur les forums de patients, les avis sont multiples sur ce praticien bien après la date de sa condamnation. Qu'importe donc la décision de justice, les rendez vous s'enchaînent jusqu'au début de ce mois de juin. Car deux nouvelles plaintes de patientes varoises déclenchent de nouvelles investigations. L'une des victimes présumées évoque même un viol. A chaque fois, les faits se déroulent au sein même du cabinet du praticien. 

Son cabinet perquisitionné

Son cabinet à Roquebrune-sur-Argens qui a donc été perquisitionné, en présence d'un représentant du Conseil de l'Ordre des médecins, comme le prévoit la loi. Le matériel informatique saisi notamment est en cours d'exploitation. Et c'est un travail de longue haleine qui commence pour les enquêteurs. Il leur faut désormais éplucher tous les carnets de rendez-vous du dermatologue pour établir la liste de toutes ses patientes, sur les dernières années afin de déterminer si d'autres femmes ont, elles aussi, été victimes de ses agissements présumés. "Car il n'est jamais simple dans ce type d'affaires pour les victimes de parler" commente un connaisseur du dossier même si cette même source s'attend à voir le nombre de victimes augmenter considérablement, redoutant même "une nouvelle affaire Le Scouarnec"

Le Conseil de l'Ordre des médecins du Var, suite à la plainte d'une des patientes a également déposé plainte à l'encontre du praticien. Une procédure disciplinaire est en cours. Le Parquet de Draguignan indique en effet à France Bleu Provence qu'il a été destinataire d'un signalement de l'Ordre des médecins, "indiquant mi-mai que ce médecin continuait à exercer" selon les précisions du Procureur de la République, Patrice Camberou. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess