Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Péchier à Besançon : un anesthésiste soupçonné d'empoisonnement sur des patients

EXCLU - Un enfant de quatre ans victime présumée de l'anesthésiste de Besançon

C'est l'un des cinquante nouveaux cas d'arrêts cardiaques suspects pour lesquels le Dr Péchier est entendu depuis ce mardi à Besançon : celui de Teddy, 4 ans, opéré des amygdales le 22 février 2016. Réanimé à deux reprises par l'anesthésiste l'enfant va bien, mais ses parents ont porté plainte.

Teddy a été hospitalisé à la clinique St Vincent de Besançon le 22 février 2016 pour une banale opération des amygdales.
Teddy a été hospitalisé à la clinique St Vincent de Besançon le 22 février 2016 pour une banale opération des amygdales. © Radio France - Anne Fauvarque

Besançon, France

Le témoignage de cette famille nous est parvenu par la voix de leur avocat bisontin, maître Jean-Michel Vernier. Le 22 février 2016 Teddy, un enfant de quatre ans est hospitalisé à la clinique St Vincent pour une banale opération des amygdales. Le petit garçon avait subi auparavant une opération des végétations qui s'était déroulée sans aucune difficulté.  

Deux arrêts cardiaques en une demi-heure

Mais ce 22 février, tout se passe de la pire des manières : entré au bloc opératoire à 13h27, le petit garçon subit un premier arrêt cardiaque à 13h40. A 13h41 le docteur Frédéric Péchier fait son arrivée et le ranime. L'enfant fait ensuite un deuxième arrêt, il est à nouveau ranimé par l'équipe soignante avant d'être transféré au CHU de Besançon à 14h08.  

Aucune cause physiologique ou allergique évidente

Suite à ces complications les parents se tournent vers la justice et déposent une plainte contre X début 2017. Une expertise médicale est alors ordonnée, qui conclut à un accident inexpliqué avec une suspicion de choc anaphylactique (un choc allergique qui peut être mortel, ndlr). Pour autant l'expertise ne relève aucune cause physiologique ou allergique évidente. Et les médecins experts regrettent qu'il n'y ait pas eu, comme cela devrait être obligatoire, de dosage permettant de déterminer la réaction allergique, ce qui aurait pu confirmer ou invalider la thèse d'un empoisonnement.   

Les parents portent plainte contre l'anesthésiste

Aujourd'hui Teddy va bien mais il souffre de séquelles psychologiques, de l'anxiété notamment. Les parents eux ont vécu un choc et manifestent une grande inquiétude depuis le début de l'affaire. Ils ont porté plainte contre le docteur Péchier ce mardi, dont la garde à vue a été prolongée ce mercredi de 24h. Si le cas de Teddy est retenu pour une éventuelle nouvelle mise en examen de l'anesthésiste, ils se constitueront partie civile lors du procès.