Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

EXCLU - Un homme tire sur son ex-femme avant de retourner l'arme contre lui à Marseille

mardi 3 juillet 2018 à 8:05 Par Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence et France Bleu

Un homme a tiré sur son ex-femme boulevard de Saint-Loup à Marseille avant de retourner l'arme contre lui, ce mardi matin. La femme âgée de 54 ans est morte des suites de ses blessures ainsi que l'auteur des coups de feux en fin de matinée.

Police (illustration)
Police (illustration) © Radio France - Aurélie Lagain

Marseille, France

Un homme a tiré sur son ex-femme boulevard de Saint-Loup dans le 10e arrondissement de Marseille avant de retourner l'arme contre lui, ce mardi matin vers 7h30. La femme âgée de 54 ans est morte peu après, des suites de ses blessures. L'auteur des tirs, grièvement blessé et transporté à l'hôpital est mort en fin de matinée.

La piste d'un drame passionnel 

La femme circulait à scooter selon l'Agence France Presse (AFP) quand elle a été abattue. Selon les premiers éléments de l'enquête, il s'agirait d'un drame passionnel. Le tireur attendait en effet la victime devant chez elle. Selon le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux, "elle a eu une brève discussion avec son ex-conjoint, qui lui a tiré dessus à 4 reprises avec un pistolet 9 mm". 

Le tireur avait été condamné pour des violences conjugales 

Cet homme avait été condamné début avril à 18 mois de prison dont 9 avec sursis pour des faits de violence conjugale commis sur sa conjointe. Il avait fait une demande d'aménagement de peine pour éviter l'incarcération, demande qui était en cours d'examen selon Xavier Tarabeux.  "Sa conjointe avait reçu un Téléphone grand danger le 21 juin mais ne l'avait pas activé, donc la police n'a reçu aucune alerte ce matin", a ajouté le procureur.

Les femmes sont en France les premières victimes des violences conjugales: selon le ministère de l'Intérieur, 123 ont été tuées par leur compagnon, ex-compagnon ou amant en 2016, soit une tous les trois jours.