Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EXCLU - Un jeune homme meurt des suites d'une overdose après avoir participé à une soirée électro à Toulon

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu Azur, France Bleu

Un jeune homme de 21 ans est décédé des suites d'une overdose lundi après avoir participé samedi dernier à une soirée électro au Zénith Oméga de Toulon. Une information judiciaire a été ouverte. Deux autres jeunes ont été sauvés après avoir été pris en charge par l'équipe médicale sur place.

Des participants à un festival de musique électro (illustration)
Des participants à un festival de musique électro (illustration) © Maxppp - Jens Büttner

Un jeune de 21 ans, originaire de Port-Saint-Louis-du-Rhône est décédé lundi des suites d'une overdose , après avoir fait un malaise lors d'une soirée de musique électronique qui s'est déroulée samedi dernier au Zénith Oméga de Toulon. Cette soirée, baptisée Hardkaze, était organisée par l'association Onkaze, dont l'adresse la localise dans les Alpes-Maritimes. Deux autres jeunes ont fait des malaises, nécessitant des massages cardiaques, mais ils ont pu être sauvés. Une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Toulon.

Malaise fatal

Le jeune homme est pris en charge au poste de secours vers 3h30 après un malaise. Si dans un premier temps, il est plutôt calme, son comportement bascule très rapidement dans la violence. Il est alors très agité, nécessitant l'intervention d'un agent de sécurité, qui ne parvient pas à le maîtriser. Les policiers sont appelés en renfort. Le jeune homme retrouve un état à peu près calme. Un médecin le met alors en position latérale de sécurité et le place sous oxygène. Mais son état se dégrade de nouveau. L'équipe médicale prend alors la décision de l'évacuer vers un centre hospitalier. C'est lors de son transport avec les pompiers que le jeune homme fait un arrêt cardiaque dont il ne se remettra pas. Son décès a été prononcé lundi.

Au moins deux autres jeunes ont eu davantage de chance. Leur état s'est également dégradé rapidement, nécessitant un massage cardiaque, mais le personnel médical sur place est parvenu à les sauver

"Nous sommes choqués." (Marc Martin-Escoffier, du Zénith Oméga)

"Nous sommes tous choqués par ce drame, commente le directeur technique du Zénith Oméga. D'autant que nous avions prévu une sécurité renforcée. Un poste médical avancé avec quatre secouristes, un infirmier, un médecin et cinq agents censés venir en aide aux personnes" poursuit Marc Martin-Escoffier. Un dispositif surévalué par rapport au nombre de participants, selon la salle de concerts, qui explique que 24 personnes se sont présentées à l'infirmerie, soit moins que l'an passé. 

Un stand de prévention sur la consommation d'alcool et de drogues a également été mis en place. "Nous n'étions pas face au public habituel des gros tecknivals, même mes enfants étaient présents. C'était une belle soirée, artistiquement parlant, les organisateurs sont des gens sérieux" commente Marc Martin-escoffier. Une soirée où malgré tout, la drogue a circulé, malgré des palpations de sécurité renforcées.

La porte ouverte à la défonce

Cette soirée qui a réunit un peu plus de 3.000 participants n'était pas soumise à déclaration en préfecture, comme peuvent l'être les grands rassemblements à partir de 5.000 personnes. Néanmoins, compte tenu des troubles liés à l'ordre public occasionnés lors de la précédente édition à Toulon, la préfecture du Var a organisé quelques jours avant l’événement une réunion pour se faire présenter le dispositif de sécurité, en présence des représentants du Zénith Oméga, mais en l'absence de l'association organisatrice. Le SAMU avait par ailleurs renforcé ses équipes pour la soirée. Et la direction départementale de la sécurité publique a été sensibilisée à la tenue du festival.

"Faire de la prévention, c'est la base."

"La drogue circule dans ce type de soirées, mais elle circule dans tous les types de soirées. Cela n'est pas propre à la musique électro. L'important c'est de faire de la prévention, en testant les produits notamment", commente le Toulonnais Brice, qui a longtemps écumé les festivals de musique électro un peu partout en France. Car les tests de produits existent. Ils sont pratiqués par certaines associations dans les grands rassemblements soumis à déclaration. "Cela permet d'alerter les gens sur la dangerosité du produit qu'ils s'apprêtent à consommer", explique le même fan de musique électro. "N'empêche, c'est un bon pour une défonce autorisée" commente un autre connaisseur de ce milieu.

L'association organisatrice, indique que la sécurité des festivaliers "est sa priorité, nous sommes la seule association à prévoir des bus pour que les gens viennent et repartent en toute sécurité". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu