Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

EXCLU - Un surveillant agressé par un détenu à la maison d'arrêt de Nîmes

dimanche 5 août 2018 à 20:49 Par Julie Munch et Solène Cressant, France Bleu Gard Lozère et France Bleu

Information France Bleu Gard Lozère. Ce dimanche midi, un surveillant de la maison d'arrêt de Nîmes a été violemment agressé par un détenu. Une enquête a été ouverte pour tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique.

Voiture de police (photo d'illustration)
Voiture de police (photo d'illustration) © Radio France - Claudia Calmel

Nîmes, France

Aux alentours de midi, dimanche 5 août, un surveillant de la maison d'arrêt de Nîmes s'apprêtait à proposer à un détenu d'aller faire sa promenade quand il s'est jeté sur lui. Ce dernier était armé d'une lame de rasoir. Une enquête a donc été ouverte pour tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique.

Onze points de suture

Lacéré au niveau du cou, l'agent a été grièvement blessé.  Selon un de ses collègues, une veine a été atteinte mais le déclenchement de l'alarme de la maison d'arrêt a permis de maîtriser le détenu. La police et les pompiers se sont ensuite rendus sur place. 

La victime a été transporté au CHU de Nîmes et a reçu 11 points de suture. Ses jours ne sont plus en danger. 

Selon Cédric Laurent, secrétaire local du syndicat pénitentiaire UFAP UNSA Justice, le détenu présentait des problèmes psychiatriques : "Nous avons de plus en plus de détenus de ce type, et nous manquons de moyens pour les gérer", dénonce-t-il. Le détenu a été hospitalisé d'office. 

La prison bloquée depuis ce lundi matin

Pour montrer leur colère, les surveillants ont décidé de bloquer la maison d'arrêt ce lundi matin, aucun n'a pris la relève des agents de nuit à 7 heures du matin. Ils attendent un représentant venu de Toulouse pour exposer leurs inquiétudes, notamment au sujet de ce détenu jugé dangereux psychologiquement.