Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

EXCLUSIF | L'ancien adepte de la communauté de Sus à l'origine de l'enquête se confie à France Bleu Béarn

-
Par , France Bleu Béarn

Né au château de Sus, cet ancien adepte de la communauté, y a vécu jusqu'à sa majorité. Le jeune homme raconte son enfance, son adolescence, les sévices et aussi les raisons de son départ, alors que ce mardi, dix personnes appartenant à "Tabitha's place" ont été interpellées dans le Béarn.

Les gendarmes sont restés deux heures dans la communauté ce lundi matin.
Les gendarmes sont restés deux heures dans la communauté ce lundi matin. © Daniel Corsand / Radio France

C'est son père qui a porté plainte. Une plainte qui a entrainé l'opération de gendarmerie de ce mardi. Mais c'est lui qui est le premier de sa famille à être parti. Un premier départ dès ses 18 ans, avorté au bout de deux mois. Simon (le nom a été changé pour préserver son anonymat) a rompu définitivement avec la communauté de Sus en 2007.

"Pas de jouets, pas de jeu. À part le boulot, il n'y a rien d'autre" —Ancien membre de la secte

Le jeune homme de 27 ans raconte qu'il a été victime de châtiments corporels tous les jours, et même plusieurs fois par jour : "On est puni pour toutes sortes de motifs. Pour un oui ou pour un non... Parce qu'on a demandé à manger quand on avait faim par exemple."  

Lorsque, en 2011, deux députés de la commission parlementaire sur les sectes visitent le château, ils y rencontrent des  enfants qui ne connaissent pas Zidane . Pas même le nom du Président de la République.

Une famille encore dispersée

Le frère de Simon l'a rejoint deux ans après son départ, dès sa majorité. Son père a ensuite été exclu en 2010, et celui-ci a récupéré la garde de deux de ses filles. Son épouse et un cinquième enfant lourdement handicapé sont encore au chateau de Sus.

Avec son frère, Simon a monté son entreprise artisanale. Il tente de venir en aide aux autres jeunes qui quittent la communauté. Et il espère pourvoir sortir du château son frère handicapé.

Simon raconte son enfance au château de Sus