Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Trois cents personnes participent à un exercice d'attaque terroriste à Viviers-sur-Rhône

jeudi 3 mai 2018 à 18:05 Par Pierre-Jean Pluvy, France Bleu Drôme Ardèche

Trois cents personnes ont participé à un exercice de sécurité civile ce jeudi à Viviers-sur-Rhône (Ardèche). Une mobilisation sans précédent pour simuler une attaque terroriste dans un gymnase.

Exercice: les gendarmes se préparent à donner l'assaut au sein du gymnase
Exercice: les gendarmes se préparent à donner l'assaut au sein du gymnase © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

Viviers, France

Le scénario est assez simple : des terroristes arrivent en voiture devant un gymnase de la ville où se déroule un match de handball au rez-de-chaussée et un cours de karaté au premier étage. Ils sortent de leur voiture et tirent sur des jeunes devant la salle de sport avant de pénétrer à l'intérieur et de prendre en otages les participants. 

Tester une nouvelle doctrine

Jusque-là, lors d'une attaque terroriste les forces de sécurité sécurisaient la zone puis ensuite les secours intervenaient. Aujourd'hui les secours interviennent plus rapidement. Le gymnase où se sont retranchés les terroristes qui ont pris en otages des élèves constituent une zone d'exclusion où seules les forces de sécurité peuvent pénétrer. Une seconde zone dite tampon autour du gymnase est définie. Elle permet de mettre en place un corridor d'évacuation des blessés. Les blessés sont extraits par les gendarmes ou les policiers du gymnase et pris en charge dans cette zone par les pompiers qui les emmènent sur le poste médial avancé. 

Un nouveau logiciel en Ardèche : sinus 

Pour la première fois, les secours ont testé le logiciel sinus. Cette procédure oblige à équiper chaque victime d'un bracelet avec un code-barre. Les victimes sont ainsi recensées : leur nombre, la gravité des blessures et leur évolution. Un système qui permet de mieux gérer les informations.