Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'explosion de Bas-en-Basset

Explosion à Bas-en-Basset : l'enquête est classée sans suite

mardi 6 mars 2018 à 21:20 Par Mathilde Montagnon, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Trois ans après l'explosion, le 13 juin 2015, d'une maison abandonnée à Bas-en-Basset dans laquelle trois adolescents avaient été tués, et un quatrième blessé, l'enquête en recherche des causes de la mort est classée sans suite.

L'enquête pour recherche des causes de la mort est classée sans suite
L'enquête pour recherche des causes de la mort est classée sans suite © Maxppp -

Bas-en-Basset, France

Juste après le drame, la thèse d'un jeu d'air-soft qui aurait mal tourné avait rapidement été avancée. Thèse démentie par l'unique survivant qui expliquait qu'avec ses amis, ils n'ont jamais acheté d'explosifs et qu'ils ont juste découvert un sac dans la maison.  L’enquête a été longue, minutieuse, un expert en explosif de l'Arsenal de Brest a été nommé.  

L'instruction vient de s'achever. Elle conclut que les enfants ne fabriquaient pas des projectiles d'air-soft, que ce n'étaient pas non plus des apprentis terroristes. En revanche ce sont bien leurs empreintes ADN qui ont été retrouvées sur les produits explosifs. Et aucune trace génétique d'un tiers n'a été identifiée. C'est donc la fin de la procédure en recherche des causes de la mort. 

Le classement sans suite peut encore être contesté par un recours auprès du procureur général de Riom. Les familles des victimes peuvent également porter plainte pour homicide involontaire, pour essayer de déterminer comment ces explosifs se sont retrouvés dans cette maison abandonnée.

Bas-en-Basset, en Haute-Loire - Radio France
Bas-en-Basset, en Haute-Loire © Radio France - Denis Souilla