Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'explosion de Bas-en-Basset

Explosion à Bas-en-Basset : les parents des trois adolescents décédés sortent du silence

jeudi 8 mars 2018 à 1:23 - Mis à jour le jeudi 8 mars 2018 à 7:00 Par Fabrice Hawkins, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Le 13 juin 2015, trois jeunes âgés de 14, 15 et 16 ans ont perdu la vie à Bas-en-Basset après une explosion dans une maison abandonnée. Après plus de deux ans d'enquête, le parquet du Puy-en-Velay a décidé de classer l'affaire sans suite. Les parents des victimes ne comprennent pas cette décision.

À Bas-en-Basset, la fresque réalisée en hommage à Bastien Charnay, Maxime Saez et Tristan Decroix
À Bas-en-Basset, la fresque réalisée en hommage à Bastien Charnay, Maxime Saez et Tristan Decroix © Radio France - Fabrice Hawkins

Bas-en-Basset, France

Tout au long de la procédure, les parents de Bastien Charnay, Maxime Saez et Tristan Decroix n'avaient pas souhaité s'exprimer. Sur les conseils de leurs avocats ils n'ont pas communiqué pendant que les investigations suivaient leur cours, afin de respecter le secret de l'instruction.  Mais quand les familles ont appris que l'affaire était classée sans suite, elles ont souhaité exprimer leur colère, mais aussi leur frustration face à une décision incompréhensible pour elles.

Une décision et des zones d'ombres

Alain Saez, le père de Maxime, estime que "la décision du parquet innocente les enfants, car elle conclut qu'ils n'ont jamais joué à la guerre. Ils ont simplement déplacé un sac de poudre contenant un explosif [le TATP] qui a provoqué l'explosion". Cependant, lui, comme toutes les familles ne comprennent pas pourquoi le parquet classe l'affaire, sans avoir identifié la provenance du TATP. Géraldine Decroix, la maman de Tristan est révoltée : "on ne peut pas laisser ce sac de poudre en dehors des débats. Nos enfants ne l'ont pas fabriqué alors qui l'a fait? dans quel but?". Des questions auxquelles n'a pas répondu le parquet.

Pascale Charnay et Géraldine Decroix - Radio France
Pascale Charnay et Géraldine Decroix © Radio France - Fabrice Hawkins

"On ne veut pas en rester là, on veut connaître la vérité" - Pascale Charnay

Lorsqu'elle a appris la décision, Pascale Charnay qui a perdu son fils Bastien, était "complètement désabusée". Elle a l'impression que _"le dossier a été bâclé"_, pour elle "c'est impossible d'en rester là".  Après avoir consulté leurs avocats, les familles veulent continuer à se battre pour savoir ce qu'il s'est passé. Elles cherchent à réunir suffisamment d’éléments pour porter plainte contre X pour homicide involontaire.

"Il est hors de question de laisser ce tragique accident finir comme ça" Pascale Charnay

Bas-en-Basset, en Haute-Loire - Radio France
Bas-en-Basset, en Haute-Loire © Radio France - Denis Souilla