Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Explosion de la rue de Trévise à Paris : "Il faudra probablement attendre deux mois pour récupérer nos affaires"

mardi 22 janvier 2019 à 15:17 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Paris et France Bleu

Alors que ce mardi, commence la consolidation des trois immeubles de la rue de Trévise les plus touchés par l'explosion au gaz du 12 janvier, Claire, une habitante du numéro 6 vient observer les opérations. Si cette phase se passe bien, elle peut espérer récupérer les affaires restées chez elle.

Claire habitait au 3e étage du 6 rue de Trévise, à Paris.
Claire habitait au 3e étage du 6 rue de Trévise, à Paris. © Radio France - Faustine Mauerhan

Paris, France

Ce mardi matin, Claire a fait un crochet par la rue de Trévise à Paris. Sa rue. Jusqu'au samedi 12 janvier, elle vivait au 3e étage du numéro 6, au-dessus de la boulangerie qui a explosé ce jour-là.  Claire dormait quand le souffle a fait trembler l'immeuble. Elle a vite habillé son fils et un de ses camarades d'école et ils sont sortis, laissant toutes leurs affaires derrière eux.

Aujourd'hui Claire et sa famille sont hébergés par des proches. Pour s'habiller, ils ont pu compter sur les dons des voisins et se racheter le nécessaire,"des brosses à dents, des culottes, des chaussettes", grâce à une enveloppe d'indemnisation promise par GrDF, explique la mère de famille.

Encore un peu sous le choc de ce qu'il lui est arrivé, Claire est venue observer la première phase de consolidation des trois immeubles - dont le sien - les plus touchés par l'explosion. "On a beaucoup d'espoir dans ces premiers travaux parce qu'on nous a indiqué que si tout se passe bien, ce sera très positif pour la sauvegarde de notre immeuble, rapporte Claire. Pour sa consolidation définitive et sa reconstruction." Mais "plus que l'immeuble, on a hâte de pouvoir récupérer quelques affaires, des papiers importants, etc."