Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Explosion devant la mairie de Nantes Sud : un acte ni terroriste, ni politique

-
Par , France Bleu Loire Océan

Les deux hommes de 27 et 28 ans interpellés mardi matin à Nantes sont bien les auteurs de l'explosion devant la mairie annexe de Nantes sud à la mi-décembre. Ils ont commis cet acte sur fond d'alcoolisation et suite à un fort ressentiment vis à vis de l'administration.

A gauche le procureur de la République de Nantes Pierre Sennès, à droite le chef de la PJ de Nantes Marc Perrot.
A gauche le procureur de la République de Nantes Pierre Sennès, à droite le chef de la PJ de Nantes Marc Perrot. © Radio France - Pascale Boucherie

Nantes

Au cours de leur garde à vue dans les locaux de la PJ de Nantes les deux hommes de 27 et 28 ans ont reconnu les faits. Dans la nuit du 16 au 17 décembre dernier, c'est bien eux qui ont fait exploser de gros pétards devant l'entrée de la mairie annexe de Nantes Sud et causé d'importants dégâts matériels. 

Aucune considération politique

Aucune considération politique dans cette affaire. Juste une forte alcoolisation et un ressentiment vis à vis de l'annexe de la mairie en raison d'un délai trop long pour obtenir des papiers d'identité. Les tags retrouvés en centre ville quelques heures après la déflagration ne sont, selon le procureur de la République de Nantes, que des tags d'opportunité. On pouvait lire : "Explosion au Clos Taureau minuit 25. 2019 : 64 fusillades, 3 morts, 24 blessés". Absolument rien à voir donc avec les deux hommes apprentis pyrotechniciens. Ils le reconnaissent, leur truc à eux c'est de faire du bruit. D'ailleurs ils s'étaient fait éconduire des bords de Sèvre le même soir vers 22 h. Ils avaient l'habitude dans cette zone de marécage vers Vertou de faire des essais d'explosion. Cela n'a pas plu à des voisins. Ils sont donc allés plus loin. 

Pas des terroristes

Aujourd'hui ils se disent dépassés par l'ampleur de leur acte. Le procureur lui est plutôt rassuré. Pierre Sennès, pendant plusieurs jours, avait été en contact avec le parquet national anti-terroriste. Les deux hommes n'ont pas le profil de terroristes. Reste dit le magistrat, que "quand on voit les dégâts, en pleine journée cela aurait pu être catastrophique si une personne était passée sur le trottoir". 

Les deux  Nantais doivent être présentés à un juge d'instruction ce mercredi soir et mis en examen pour dégradations par engins explosifs. Ils encourent jusqu'à 10 ans voire jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle, car l'un est récidiviste.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu