Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Explosion mortelle à la fonderie de Feurs : Valdi et Feursmétal définitivement coupables d'homicide involontaire

jeudi 10 mai 2018 à 19:53 Par France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu Saint-Étienne Loire

L'entreprise Valdi a retiré son pourvoi en cassation dans l'affaire de l'explosion mortelle à la fonderie de Feurs en juin 2011. Les membres du collectif "Vérité Justice pour Jacques et Damien" l'ont appris mercredi soir. C'est la fin de sept ans de procédure.

Le collectif "Vérité et justice pour Jacques et Damien" exprime son soulagement.
Le collectif "Vérité et justice pour Jacques et Damien" exprime son soulagement. © Maxppp - Maxime Jegat

Feurs, France

Il n'y aura pas de procès en cassation après l'explosion à la fonderie de Feurs qui a tué deux ouvriers, Jacques et Damien, en juin 2011. L'entreprise Valdi, qui avait l'intention de porter le dossier auprès de la cour de cassation, a finalement fait machine arrière, a appris mercredi le collectif "Vérité Justice pour Jacques et Damien". 

Valdi, ainsi que Feursmétal, avaient été condamnées pour blessures et homicides involontaires à Saint-Étienne en novembre 2016 à des amendes respectives de 200.000 et 250.000 euros. La décision a été confirmée par la cour d'appel de Lyon en février 2018. Mais Valdi avait annoncé au mois de mars son intention de se pourvoir en cassation. Feursmétal en revanche, ne comptait pas aller plus loin. 

Aujourd'hui c'est terminé, il n'y a plus aucun recours. C'est une immense satisfaction" - Jean-Luc Denis

Finalement, la décision de la cour d'appel de Lyon ne sera contestée par aucune des deux entreprises, et la condamnation pour homicide involontaire est définitive. C'est la fin de sept ans de procédure. C'est surtout une "victoire", confie Jean-Luc Denis, membre du collectif "Vérité Justice pour Jacques et Damien", même s'il n'aime pas employer ce mot, "parce qu'on a perdu pour toujours Jacques et Damien... mais c'est une immense satisfaction". "Aujourd'hui c'est terminé, il n'y a plus aucun recours", détaille le beau-frère de Jacques. "On voulait la vérité et la justice, on sait pourquoi Jacques et Damien sont morts, on sait où sont les responsabilités, et il y a des gens qui sont condamnés. Donc c'est ce que demandaient les familles et ce que demandait le collectif qui depuis sept ans s'est battu au côté des familles", résume Jean-Luc Denis. 

Fin de course pour le collectif, pas pour la cause des accidents du travail

Le collectif va s'arrêter désormais. Mais le combat pour la reconnaissance des accidents du travail, lui continue. "On a découvert ce monde des accidents du travail qui est un sujet encore très tabou", analyse Jean-Luc Denis. Il regrette que la mobilisation pour cette cause ne doit pas la même que pour la sécurité routière, et ajoute : "les indemnisations sont dix fois plus importantes pour un accident de la route que pour un accident du travail, ce sont des choses qui doivent absolument changer"