Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Explosion mortelle à la Fonderie de Feurs : Valdi et Feursmétal jugés coupables

jeudi 24 novembre 2016 à 15:28 Par France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu Saint-Étienne Loire

Valdi et Feursmétal ont été respectivement condamnées ce jeudi à 200 000 et 250 000 euros d'amendes après la mort de deux employés en juin 2011.

Les proches des victimes, ce jeudi, sur les marches du palais de justice de Saint-Étienne.
Les proches des victimes, ce jeudi, sur les marches du palais de justice de Saint-Étienne. © Radio France - Louis Belenfant

Feurs, France

Le tribunal correctionnel de Saint-Étienne a reconnu ce jeudi la culpabilité de Valdi et Feursmétal pour blessures et homicides involontaires. Les deux entreprises sont condamnées à verser chacune 200 000 et 250 000 euros d'amendes. La peine est plus lourde pour Feursmétal, car l'entreprise est en état de récidive.

Au-delà des réquisitions

Les deux sociétés étaient poursuivies pour la mort de deux employés, Jacques Tissot et Damien Jamot, sur le site Valdi de Feurs en juin 2011. Ils avaient perdu la vie dans l'explosion d'un four empli de métal en fusion.

Lors de l'audience en septembre dernier, Valdi et Feursmétal s'étaient mutuellement rejetées la faute de l'accident. Le procureur avait demandé que les deux entreprises soient condamnées à 200 000 euros d'amende.

Le soulagement des parties civiles

Pour les parties civiles, voir ces deux entreprises jugées coupables, c'est un soulagement. "Je vais peut-être commencer à faire mon deuil", raconte Éliane Jamot, la mère de Damien.

"Ce n'est pas fini, c'est dur, très dur", la mère de Damien Jamot.

De son côté, le PDG de Valdi Benoit Bied-Charrenton parle d'une "peine sévère", mais à laquelle il s'attendait. Nous n'avons pas réussi à joindre en revanche la direction de Feursmétal. Les deux entreprises ont dix jours pour faire appel de leur condamnation.

"On demande aux entreprises de respecter cette décision de justice", Jean-Luc Denis, le beau-frère de Jacques Tissot