Faits divers – Justice

Explosion mortelle à Feursmétal : les proches de Jacques et Damien veulent un procès avant la fin de l'année

Par Laureline Dubuy, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu dimanche 27 mars 2016 à 10:47

Les amis de Jacques et Damien récoltent de l'argent pour aider leurs familles
Les amis de Jacques et Damien récoltent de l'argent pour aider leurs familles © Radio France - Laureline Dubuy

Les proches de Jacques et Damien, morts dans une explosion dans l'usine de Feursmétal, réclament une date rapide pour un procès. En attendant, le collectif "vérité et justice pour Jacques et Damien" récolte de l'argent pour payer les frais d'avocats.

Damien et Jacques sont morts dans une explosion  le 25 juin 2011 sur leur lieu de travail, la fonderie " Feurs Métal" aujourd'hui rebaptisée Castmétal Feurs.  L'enquête est terminée depuis fin janvier, les familles veulent maintenant des suites judiciaires, porter l'affaire devant le tribunal correctionnel. Mais elles n'ont toujours pas reçu de convocations. Pour fixer une date, le procureur de la république pourrait attendre la décision, mardi 29 mars,  du tribunal des affaires de sécurité sociale sur la reconnaissance de l'accident du travail pour Jacques.

Les proches de Jacques et Damien réclame une date pour un procès

Le collectif "vérité et justice pour Jacques et Damien" récolte de l'argent en prévision de ce procès. Ce samedi, il a organisé des animations et des concerts à la maison de la commune à Feurs. Depuis 5 ans,  les amis, les proches de Jacques et Damien ont constitué une cagnotte pour payer les avocats des familles. Il regroupe plus de 500 sympathisants. Vincent Paret était un ami de Jacques :

"  Les frais d'avocat pour l'instant n'ont pas été très importants, mais on sait que quand ça va arriver, il faut qu'on soit prêt et c'est ce qu'on fait d'année en année. Depuis 5 ans, les gens se débrouillent dans leur vie pour se réorganiser par rapport à un évènement fatal qui est arrivé. Tant que le procès n'a pas eu lieu, il n' y a pas d'indemnisation".

Vincent Paret, membre du collectif "vérité et justice pour Jacques et Damien"