Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EN IMAGES - Explosions à Beyrouth : des milliers de Libanais manifestent contre les autorités

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Des milliers de Libanais se sont rassemblés ce samedi dans le centre de Beyrouth, quatre jours après la double explosion qui a ravagé la capitale du pays. Ils demandent des comptes aux autorités, qu'ils accusent de corruption et d'être responsables du drame.

Des milliers de Libanais se sont rassemblés ce samedi dans les rues de Beyrouth.
Des milliers de Libanais se sont rassemblés ce samedi dans les rues de Beyrouth. © AFP - ANWAR AMRO / AFP

"Vengeance, vengeance, jusqu'à la chute du régime" : c'est l'un des slogans scandés ce samedi après-midi par des milliers de Libanais rassemblés dans le centre de Beyrouth. Ils demandent des comptes aux autorités quatre jours après la double explosion dans le port de la ville. Le drame a fait au moins 158 morts et plus de 6.000 blessés. 21 personnes sont toujours portées disparues. 

La manifestation se tient sous le thème "Le Jour du Jugement". Le principal mot-dièse qui circule sur les réseaux sociaux est "#Pendez-les", exprimant la colère des Libanais qui rendent les autorités responsables de l'explosion. Ils les accusent également de corruption.

Un mort et des centaines de blessés

Des guillotines en bois ont été installées tandis que des protestataires ont brandi des cordes, un nœud coulant à leur extrémité. Les forces de sécurité tentaient elles d'empêcher des groupes d'avancer vers le Parlement. La police a fait usage de gaz lacrymogènes contre des jeunes manifestants qui ont lancé des pierres et des bâtons à la périphérie du rassemblement pacifique.

Des manifestants ont pris d'assaut plusieurs ministères, notamment celui des Affaires étrangères. Ils l'ont proclamé "quartier général de la Révolution". Les manifestants ont fini par être délogés par l'armée qui a fait usage de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes. 

Bilan de cette journée de manifestation : un policier tué lors d'affrontements avec des manifestants dans le centre de Beyrouth. "Un membre des Forces de sécurité intérieure est décédé (...) en aidant des personnes coincées dans l'hôtel Le Gray", a indiqué la police libanaise, ajoutant sans autre détail qu'il avait "été agressé par un certain nombre d'émeutiers qui ont entraîné sa chute et sa mort".Selon la Croix-Rouge libanaise, 63 personnes ont été blessées et transportées dans des hôpitaux, et 175 autres soignées sur place.

Pour les Libanais déjà éprouvés par une crise économique inédite, l'explosion de mardi a été la catastrophe de trop, relançant un mouvement de contestation qui avait débuté en octobre pour dénoncer l'ensemble de la classe dirigeante, jugée corrompue et incompétente, mais s'était essoufflé en raison de la pandémie de Covid-19.

Des élections législatives anticipées

Dans un discours télévisé, le Premier ministre, Hassan Diab, a annoncé qu'il proposerait des législatives anticipées. Selon lui, seul un tel scrutin permettrait "de sortir de la crise structurelle". Il s'est dit prêt à rester au pouvoir "pendant deux mois", le temps que les forces politiques se mettent d'accord.

21 personnes toujours portées disparues

Le ministère a revu à la baisse le nombre de personnes portées disparues, indiquant qu'il était désormais de 21. L'ambassade de Syrie a annoncé que 43 de ses ressortissants figurent parmi les personnes décédées. De leur côté, les Pays-Bas ont annoncé que l'épouse de l'ambassadeur néerlandais au Liban Jan Waltmans était décédée des suites de ses blessures.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess