Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Explosions à Beyrouth : plus de 60 personnes toujours portées disparues

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Quatre jours après la double explosion sur le port de Beyrouth, plus de 60 personnes sont toujours portées disparues, a indiqué ce samedi un responsable du ministère libanais de la Santé. Le drame a fait 154 morts et des milliers de blessés.

Après la double explosion à Beyrouth mardi dernier, plus de 60 personnes sont encore portées disparues.
Après la double explosion à Beyrouth mardi dernier, plus de 60 personnes sont encore portées disparues. © AFP - CEM OZDEL / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

Plus de 60 personnes sont toujours portées disparues à Beyrouth, quatre jours après la double explosion dans le port de la capitale libanaise. C'est ce qu'a annoncé ce samedi un responsable du ministère libanais de la Santé. Le drame a causé au moins 154 morts "dont 25 qui n'ont pas encore été identifiés". L'organisation internationale de coopération policière Interpol a annoncé l'envoi d'une équipe d'experts spécialisés dans l'identification des victimes.

Vendredi, le ministère de la Santé indiquait qu'au moins 120 des plus de 5.000 personnes blessées étaient toujours dans un état critique.

Le président rejette toute enquête internationale

Réclamée par Emmanuel Macron, le président libanais a rejeté vendredi toute enquête internationale sur la double explosion, car selon lui, elle "diluerait la vérité". "Il est possible que cela ait été causé par la négligence ou par une action extérieure, avec un missile ou une bombe", a déclaré Michel Aoun.

Les autorités affirmaient pourtant, jusqu'à présent, que le drame avait été causé par un incendie dans un dépôt de 2.700 tonnes de nitrate d'ammonium. Cette substance chimique dangereuse y était stockée depuis six ans "sans mesures de précaution", de l'aveu même du Premier ministre. 

Une vingtaine de fonctionnaires du port et des douanes ont été interpellés, selon des sources judiciaire et sécuritaire. Autorités portuaires, douanières et certains services de sécurité savaient que des matières chimiques dangereuses étaient entreposées sur le port, mais ils se rejettent désormais la responsabilité.

Manifestation ce samedi à Beyrouth

Le drame a provoqué la colère de la population, qui dénonce la responsabilité des dirigeants. Des milliers de Libanais sont d'ailleurs attendus ce samedi pour une grande manifestation dans les rues de Beyrouth.

Deux ministres libanais, qui ont tenté vendredi une sortie dans les quartiers dévastés, ont été pris à partie par des habitants qui évacuaient les décombres. "Démissionne", "préparez la potence", ont hurlé certaines personnes.

Conférence des donateurs dimanche

La visioconférence des donateurs en soutien au Liban, organisée par l'ONU et la France, aura lieu dimanche à 14h selon l'Élysée ce samedi. Sur Twitter, Donald Trump a indiqué qu'elle réunirait "le président Macron, les dirigeants du Liban et des dirigeants d'autres endroits dans le monde".

Les institutions européennes participeront aussi à cette conférence dont l'objectif est de mobiliser une aide humanitaire d'urgence pour les habitants de Beyrouth.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess