Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Expulsé de son foyer à Metz, il se coud la bouche

jeudi 30 août 2018 à 23:03 Par Antoine Barège, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Un homme de 31 ans, menacé d'expulsion de son foyer à Metz, a entamé mercredi une grève de la faim et il a ensuite décidé de se coudre les lèvres. Après une nuit et des négociations il a finalement accepté de couper les fils qui entravaient sa bouche.

Image d'illustration dans un foyer de Metz
Image d'illustration dans un foyer de Metz © Maxppp - Maury GOLINI

Metz, France

Ce Marocain de 31 ans, débouté du droit d'asile, était hébergé dans un foyer de Metz par l'Office Français de l'immigration et de l'intégration. Mercredi il s'est montré particulièrement agressif, si bien qu'il a été expulsé de son centre d'accueil. Très mécontent, le trentenaire a entamé une grève de la faim et dans un geste de colère, il s'est cousu les lèvres.

Les discussions ont été rendues difficiles

L'homme n'a pas voulu être pris en charge par les pompiers et par la police, "il a montré de façon explicite son refus d'être hospitalisé". Il s'est rendu devant l'ancien camp de migrant de Blida à Metz et après une nuit dans la rue et des discussions rendues un peu difficiles avec les services de l'état et de la mairie de Metz - à cause des fils qui entravaient sa bouche - un autre hébergement géré par un opérateur social lui a été proposé. "Pour des questions sanitaires et des questions de dignité humaine" explique un représentant de l'état. Ce jeudi après-midi il a accepté d'intégrer un nouveau foyer, il a donc cessé sa grève de la faim et il a été pris en charge. Ses fils ont été coupés.