Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Extension du parc Vulcania : nouvelle guerre juridique ?

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu

Pour attirer plus de touristes, le parc Vulcania a prévu de s'étendre sur plusieurs hectares, à l'horizon 2021. Ce n'est pas du goût de Puy-de-Dôme Nature Environnement. L'association a déposé un recours devant le tribunal administratif, qui a été rejeté. Mais elle ne compte pas s'arrêter là.

Le parc Vulcania vu du ciel
Le parc Vulcania vu du ciel © Radio France - Claudie Hamon

Saint-Ours-les-Roches, France

« C'est quelque chose de complètement aberrant ! » Voilà comment le président de Puy-de-Dôme Nature Environnement (PDDNE), Yves Reverseau, qualifie ce projet d'extension. « Ils veulent construire quatre bâtiments de 6 étages, de 18 mètres de haut pour faire des attractions (du rafting, un planétarium, une tour Tornade) et des logements pour 240 personnes. Dans une zone naturelle, au milieu de la chaîne des Puys, c'est complètement _délirant_. Le président du conseil départemental peut s'inquiéter pour l'inscription au patrimoine mondial de l'Unesco parce qu'on ne construit pas des trucs pareils, qui vont se voir de la route et des puys environnants, dans une zone précieuse. »

« C'est un projet complètement illégal » - Yves Reverseau, président de l'association Puy-de-Dôme Nature Environnement

L'association, qui était déjà à la tête de la contestation dans les années 1990, aux premières heures de Vulcania, est prête à repartir au charbon. Elle dénonce également un projet « complètement illégal ». Elle s'appuie sur un jugement rendu, en 1998, par le Conseil d'Etat. A l'issue d'une longue série de procès, la plus haute juridiction administrative avait statué : Vulcania peut être construit, mais sur une surface de 16350 mètres carrés ; les logements devaient être réservés au personnel administratif, et devaient respecter l'environnement et ses paysages. 

La moitié des 350 000 visiteurs annuels vient en juillet et août - Radio France
La moitié des 350 000 visiteurs annuels vient en juillet et août © Radio France - Elodie Alexandre

Wauquiez et Hortefeux dans le viseur

Dans leur viseur : Laurent Wauquiez, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes ; et Brice Hortefeux, président de la société d'économie mixte Volcans, qui gère l'activité du parc. PDDNE leur reproche de ne se préoccuper ni de l'environnement, ni de l'opposition. _« Un mémoire de la région disait qu'_il était exclu de construire autre chose que ce qui était prévu à l'époque, aux débuts de Vulcania », déplore Yves Reverseau.

« Venez nous rencontrer ! » - Frédéric Goullet, directeur commercial, marketing et communication du parc Vulcania

Côté Vulcania, on tâche de calmer le jeu. Frédéric Goullet, directeur commercial, marketing et communication, appelle au dialogue. « Je leur réponds de venir nous rencontrer ! Tout se fait en concertation avec les différents acteurs travaillant à cette valorisation : le Parc naturel des volcans d'Auvergne (PNRVA), la région, les associations, le département. On a entendu tout ce qui a été dit pour l'intégrer. _Je pense qu'il n'y a aucune crainte à avoir_. Je ne vois pas ce qui pourrait motiver cette réticence à part une certaine ignorance du dossier. On va pas faire une barre d'hôtel ou quelque chose de moche qui défigurera le paysage. »

Les Auvergnats seront appelés à se mobiliser

Il rappelle que, « l'an dernier, on a partagé la recette d'un week-end entier pour participer, avec le PNRVA, à l'entretien des sentiers. _La préservation et la valorisation de l'environnement, c'est notre fonds de commerce_, c'est primordial pour nous. »

Un chèque de 9 974 euros pour le Parc Naturel des Volcans d'Auvergne. - Radio France
Un chèque de 9 974 euros pour le Parc Naturel des Volcans d'Auvergne. © Radio France - Claudie Hamon

Pas sûr, toutefois, que ça suffise. Puy-de-Dôme Nature Environnement compte, en accord avec son calendrier juridique, appeler à la mobilisation des Auvergnats, contre ce projet d'extension.