Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDEOS - En Moselle, près de Metz, une salle où on peut tout casser a ouvert ses portes

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

C'est inédit en Moselle, une salle "pour tout casser" a ouvert ses portes le 6 février 2021. Dans ce box de 25 mètres carrés, le principe est simple. On a le droit de tout détruire.

Mic récupère autour de lui de l'électroménager et des bouteilles pour ses clients.
Mic récupère autour de lui de l'électroménager et des bouteilles pour ses clients. © Radio France - Marianne Naquet

Au nord de Metz, à Ennery, une salle de "destruction" a ouvert ses portes le 6 février dernier. Son nom ? L'Exutoire. Cette salle défouloir, comme il en existe aux Etats-Unis, est une première en Moselle. C'est Mic, 45 ans, qui a en a eu l'idée. Ce gérant d'un salon de tatouage, le New Ink Tatoo, a aménagé un box dont il disposait, dans un hangar industriel, rue Inoré Fabbri. 

25 mètres carrés pour tout casser

La pièce fait environ 25 mètres carrés, ses murs sont entièrement décorés de graffitis réalisé par un l'un de ses amis, "pour donner une ambiance à la salle", confie Mic. Au centre, deux rondins de bois sont disposés. Dessus, il pose ce qu'il y a à casser : des bouteilles en verre, du petit voire du gros électroménager, comme des télévisions, des ordinateurs. 

La salle (avant de tout casser).
La salle (avant de tout casser). © Radio France - Marianne Naquet

Le matériel dépend du forfait choisi par le client : s'il choisit la formule "Tête à claques" par exemple, il a le droit de casser de la vaisselle et du petit électroménager. "On peut aussi amener un objet personnel", ajoute Mic. "Si votre ex vous a laissé sa game-boy, vous pouvez la ramener pour la casser", ironise-t-il. Mic s'est amusé à donner des noms parlants à ses formules : "cocktail mariage explosif, pression corporelle, délicatesse professionnelle". 

Tout est à casser.
Tout est à casser. © Radio France - Marianne Naquet

Car dans ce box fermé, on a effectivement le droit de tout casser : de se défouler, d'extérioriser, de passer sa rage, ou de tout simplement s'amuser. C'est exactement ce que Mic voulait. "Au mois de juin l'année dernière, je me suis fait couper la route par un camion. J'étais en moto, donc je suis paralysé d'un bras", confie-t-il. Depuis, il ne dort plus à cause de douleurs neurologiques. Une nuit, il tombe sur une chaîne américaine qui parle des "fury-room". Il a un déclic : "je me suis dit "tiens, pourquoi pas ça pourrait être mal?", se souvient-il. Quelques mois plus tard, grâce aux coups de main des copains, l'Exutoire voit le jour. 

Si le psychologue ne marche pas, on peut venir à l'Exutoire

Et les clients se succèdent. "Il n'y a pas vraiment de profil. Il y a des jeunes, des vieux. Récemment, j'ai eu une dame avec sa fille. Son père passe son temps sur l'ordinateur, et apparemment, il ne s'occupe pas beaucoup d'elle", explique Mic. "Elle a cassé un ordinateur, elle avait besoin d'extérioriser." 

Selon Mic, la période actuelle de crise sanitaire joue un rôle : "Les gens commencent à en avoir marre, à être à bout. On a créé un forfait spécialement : La Faute au Covid. On peut venir sortir sa rage contre ça. Après, il y a des psychologues qui existent et puis après il y'a l'Exutoire. Si le psychologue ne marche pas, on peut venir à l'Exutoire."

Le mode d'emploi de l'Exutoire

Première étape avant de tout détruire : il faut s'habiller. Les clients doivent mettre une combinaison, puis un plastron. Ensuite, ils prennent une visière ou des lunettes de protection, en plus du masque. Et ce n'est pas fini : reste à enfiler les gants, sans oublier les protège-tibias. Depuis son lancement, aucun accident ne s'est produit. Mais au cas où, une petite trousse de pharmacie est soigneusement rangée près des visières. "On vérifie que tout le monde s'habille bien, pour prendre aucun risque", dit le gérant. 

La salle de préparation à l'Exutoire
La salle de préparation à l'Exutoire © Radio France - Marianne Naquet

Ce jour-là, c'est Caroline et Stéphane qui s'offrent 20 minutes de cassage. C'est leur cadeau de Saint-Valentin. "En ce moment, on ne peut rien faire : on ne peut pas aller au restaurant, on ne peut pas sortir, j'ai eu envie de tester", raconte Caroline. "Et puis bon, au bout de neuf ans, c'est dur de trouver un cadeau original", dit-elle en riant. Le couple est venu de Terville. 

Etape 2, une fois habillés, ils doivent choisir une arme : au choix, un marteau, une batte de base-ball, un pied-de-biche, une masse, un gourdin, un club de golf. Caroline et Stéphane choisissent la batte de base-ball. Attention, intervient Mic, certaines armes "cassent plus que d'autres et il faut prendre en compte le gabarit de la personne." "On déconseille le gourdin aux gens plutôt frêles."

Caroline et Stéphane, prêts à taper
Caroline et Stéphane, prêts à taper © Radio France - Marianne Naquet

Ca y est, Caroline et Stéphane sont prêts. Etape 3 : c'est l'heure de tout casser. Stéphane prend sa batte de base-ball et d'un seul coup, il abat les bouteilles de verre. Tout explose par terre. Le verre vole partout. "Vas-y", lance Stéphane à Caroline, qui s'attaque à la télévision. "Ce n'est pas si facile de casser une télé", commente-t-elle. 

C'est bizarre, mais ça fait du bien 

Bon alors, ça défoule ? "C'est très physique, en plus je ne fais jamais de sport", dit Stéphane, qui avoue qu'il n'a pensé à rien en tapant. "En fait, contrairement à ce qu'on pourrait croire, on ne pense pas à son patron ou à autre chose. Moi, j'ai juste pensé à taper. C'est très marrant". Pour Caroline, "c'est un peu tout ce qu'on n'a pas le droit de faire". Elle a surtout pensé à "taper très fort. C'est bizarre mais ça fait du bien". Bref, un cadeau de Saint-Valentin réussi pour le duo. 

Caroline et Stéphane ont terminé leur séance, crevés mais heureux. Pour Mic, il faut maintenant passer à un autre exutoire, le ménage. "Si les clients passent 20 minutes dans l'Exutoire, on va mettre autant de temps à nettoyer", précise-t-il. "On trie tout et on emmène ça à la déchetterie. Et puis, on recommence à tout disposer pour les prochains clients", ajoute Mic. 

Opération nettoyage, recyclage et déchetterie pour Mic, après le passage des clients
Opération nettoyage, recyclage et déchetterie pour Mic, après le passage des clients © Radio France - Marianne Naquet

Si vous avez envie d'aller à l'Exutoire, toutes les informations et le détail des prestations sont ici. Vous pouvez également appeler au 03 87 73 65 68.

L'Exutoire se trouve au fond de ce hangar.
L'Exutoire se trouve au fond de ce hangar. © Radio France - Marianne Naquet
Choix de la station

À venir dansDanssecondess