Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Facebook : Mark Zuckerberg fait son mea culpa devant le Congrès américain

mercredi 11 avril 2018 à 8:30 Par Germain Arrigoni, France Bleu

Mark Zuckerberg va de nouveau mercredi affronter les questions de parlementaires américains sur les divers scandales qui empoisonnent Facebook, après avoir déjà passé cinq heures devant les sénateurs mardi, ne cédant rien sur le fond mais laissant certaines interrogations sans réponses.

Mark Zuckerberg, le patron de Facebook
Mark Zuckerberg, le patron de Facebook © AFP - SAUL LOEB

Il n'en finit plus de s'excuser. Depuis la révélation du scandale Cambridge Analytica mi-mars où les données de quelque 87 millions d'utilisateurs dont 211.000 en France - chiffre avancé par Facebook - se sont retrouvées entre les mains de la firme britannique d'analyse de données, Mark Zuckerberg a passé cinq heures devant le Congrès américain.

Du temps pour limiter ces mauvais usages

Lors de sa première apparition très attendue, le jeune dirigeant a fait face aux nombreuses questions des sénateurs qui lui ont demandé des comptes sur sa gestion des mauvais usages de la plateforme, de la protection des données jusqu'à la manipulation politique.   

Costume sombre et cravate bleu ciel, il a de nouveau présenté ses excuses personnelles pour ne pas avoir compris à temps à quel point Facebook pouvait être détourné de bien des façons. "C'était mon erreur. Je suis désolé". 

"Cela prendra du temps pour mener à bien tous les changements nécessaires" pour limiter ces mauvais usages, a-t-il ajouté, récapitulant les mesures passées ou à venir pour rectifier les problèmes.   

"Course aux armements"   

Parvenant le plus souvent à s'éloigner de son image de "geek" un peu timide, le multimilliardaire de 33 ans a répondu de manière détaillée à la majorité des questions mais, à plusieurs reprises, a montré quelques signes d'incompréhension voire d'impatience devant des parlementaires, qui pour certains semblaient mal maîtriser les enjeux technologiques du débat.  

Il a affirmé que le réseau social est "sûr" malgré tous les cas avérés de manipulation et de détournement de données personnelles d'utilisateurs, comme dans le scandale Cambridge Analytica. 

Il a aussi expliqué à quel point la lutte contre la manipulation politique était difficile, évoquant une forme de "course aux armements", contre "des gens en Russie dont le travail est d'exploiter nos systèmes".  

Il a par ailleurs indiqué que le groupe "travaillait" avec le procureur spécial Robert Mueller, qui estime qu'internet et en particulier Facebook a servi de plateforme à une vaste opération de propagande venue de Russie lors de la présidentielle américaine de 2016 remportée par Donald Trump.  

"Un de mes plus grands regrets c'est que nous avons été lents pour identifier" les ingérences étrangères via le réseau dans la campagne, a-t-il dit.  

Pas de réponses  

Il a également, comme il l'avait déjà fait, laissé entendre qu'il n'était pas opposé à une forme de "réglementation" des groupes internet, évoquée par de nombreux élus pendant l'audition "si elle était bonne". Il a aussi assuré que le réseau social aux plus de deux milliards d'utilisateurs n'était pas un "monopole", sans toutefois parvenir à nommer un concurrent à Facebook.   

Mais de nombreux élus ont fait part de leur "scepticisme" devant les réponses de M. Zuckerberg, qui à de nombreuses reprises a répondu "je ne sais pas", devant de très nombreux sénateurs et journalistes présents dans la salle.   

M. Zuckerberg, visiblement fatigué par le feu roulant des questions, a notamment peiné à justifier pourquoi le réseau n'avait pas suspendu dès 2015 Cambridge Analytica, ni prévenu le régulateur du commerce, ni les utilisateurs que leurs données avaient été détournées.   "Nous aurions pu les suspendre" en 2015, "nous avons fait une erreur", a-t-il dit, ajoutant avoir été certain à l'époque que le sujet était clos lorsque la firme leur avait assuré avoir effacé les données. 

"Nous n'aurions pas du nous contenter de leur réponse", a-t-il encore concédé.    M. Zuckerberg a dû expliquer plusieurs fois ce que le groupe faisait des données partagées par ses utilisateurs sur le réseau : "nous ne vendons pas de données aux annonceurs", a-t-il notamment martelé, assurant qu'il leur permettait seulement de cibler les utilisateurs finement grâce aux données détenues par Facebook.    Pour M. Zuckerberg, cela permet aux messages d'être "plus efficaces". 

Et c'est le coeur du modèle économique de Facebook.  Les sénateurs l'ont aussi largement questionné sur le manque de clarté de ses conditions d'utilisation.   

Une poignée de manifestants portant un masque de Mark Zuckerberg s'étaient massés mardi devant le Capitole pour protester contre le réseau social.

  - Visactu
© Visactu -