Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Famille juive agressée à Aubervilliers : les gardes à vue des quatre suspects levées

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Les quatre suspects en garde à vue depuis vendredi matin, dans l'enquête sur l'agression d'une famille juive à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) ont été relâchés, indique ce dimanche le parquet de Bobigny. Aucune suite n'est donnée à ce stade.

Illustration police
Illustration police © Radio France - Richard Vivion

Les quatre personnes soupçonnées d'avoir insulté et agressé une famille juive, jeudi à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), ont été relâchées. Leurs gardes à vue ont été levées, indique ce dimanche le parquet de Bobigny. Si aucune suite n'a été donnée à ce stade, la procéduire doit être transmise au parquet pour "examen et appréciation des suites à donner". 

Une agression en pleine fête juive de Hanouka

Vers 20H40 jeudi, une famille avec enfants se trouvait à bord d'une voiture quand elle a été prise à partie par un "groupe d'individus", pendant que le véhicule diffusait de la "musique et des messages de paix en hébreu" à l'occasion de Hanouka, la fête juive des lumières, selon une source proche de l'enquête. Les individus ont proféré des insultes à caractère antisémite, avant de "secouer la voiture et jeter des bouteilles en verre sur la carrosserie".

Les quatre individus, deux adultes en situation irrégulière et deux mineurs, ont été entendus dans le cadre d'une enquête ouverte pour des insultes à caractère antisémite et des violences sans jours d'ITT (incapacité temporaire de travail). 

Sur Twitter, le ministère de l'Intérieur Gérald Darmanin s'était ému vendredi du sort de cette famille agressée "parce que juive".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess