Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fausse accusation sur les agresseurs du chauffeur de bus à Bayonne : une enquête préliminaire va être ouverte

-
Par , , France Bleu Pays Basque, France Bleu

Le procureur de Bayonne va ouvrir une enquête préliminaire pour comprendre d'où vient la photo de Mourad, bayonnais de 29 ans, qui a circulé sur les réseaux sociaux le présentant comme l'un des agresseurs de Philippe Monguillot.

Le parquet de Bayonne va ouvrir une enquête préliminaire suite à la plainte pour diffamation déposée par un bayonnais
Le parquet de Bayonne va ouvrir une enquête préliminaire suite à la plainte pour diffamation déposée par un bayonnais © Radio France - Céline Arnal

Le parquet de Bayonne va ouvrir une enquête préliminaire suite à la plainte déposée contre X pour "dénonciation calomnieuse et diffamation" par Mourad, jeune bayonnais, qui a vu sa photo circuler sur les réseaux sociaux comme étant l'un des agresseurs du conducteur de bus mortellement agressé à Bayonne le 5 juillet dernier.

Commissariat de Bayonne

La photo aurait été prise il y a plusieurs années lors d'une garde à vue, dans une affaire qui n'a aucun rapport avec la mort de Philippe Monguillot. L'enquête devra expliquer comment ce cliché a été divulgué et s'est retrouvé sur la toile. Le commissariat de Bayonne est pointé du doigt, notamment par des élus du Rassemblement National qui ont relayé l'image sur internet ce week-end.

Le procureur de la République de Bayonne, Jérôme Bourrier, veut identifier les auteurs de cette diffusion et déterminer si elle est imputable ou non à des fonctionnaires de police. L'inspection générale de la Police Nationale (IGPN) a été saisie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess