Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Fausse alerte à Beaurepaire : il n'y a aucun événement en cours, les enfants ne sont plus confinés

La préfecture de l'Isère confirme ce soir qu'aucun événement n'a lieu à Beaurepaire. Un signalement de possible prise d'otage a dans un premier temps été pris au sérieux par la gendarmerie. De gros moyens ont été envoyés sur place.

Voiture de gendarmerie
Voiture de gendarmerie © Radio France - Nina Valette

Beaurepaire, France

Belle pagaille, un peu de frayeur et de gros moyens déployés rapidement. Voilà un peu le résumé de l'après-midi à Beaurepaire (Isère). Vers 15h, la gendarmerie reçoit un coup de téléphone. Un témoin décrit une personne qui se dirigerait vers la mairie de Beaurepaire avec une arme à feu qu'elle aurait mise dans son sac. 

De gros moyens engagés sur place

Immédiatement, la gendarmerie décide de mettre des moyens en place pour rechercher et interpeller cette personne. Une interpellation a lieu dans la rue, la personne ressemble au signalement, mais ne porte pas d'arme sur elle

Confusion en raison d'un autre appel

Entre-temps, un autre signalement par téléphone, venu du département du Rhône, parle d'une possible prise d'otage en cours à la mairie. Il s'avère que ce deuxième appel est en fait le résultat de la rumeur qui commence à courir dans les rues de Beaurepaire, mais fondée sur ce faux signalement. Pour ne rien laisser au hasard et poursuivre la levée de doute, les gendarmes continuent d'inspecter bâtiments et lieux publics à Beaurepaire.

Ecoles confinées

Les chefs d'établissements décident, eux aussi par précaution, de confiner les enfants dans les classes. 150 gendarmes sont déployés sur la zone, avec des renforts très importants (hélicoptère, équipe spécifique d'intervention, négociateurs pour prise d'otages). Mais a priori, le signalement initial était tout simplement erroné. 

Au standard de France Bleu, de nombreux appels sont arrivés. Rappelons que la meilleure des consignes dans ces situations est de laisser les autorités faire leur travail sans relayer des faits non avérés. 

Choix de la station

France Bleu