Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Fausse alerte et instant de panique dans un lycée de Lunel

-
Par , , France Bleu Hérault

Le déclenchement de l'alarme confinement au lycée Louis-Feuillade de Lunel (Hérault) a provoqué un moment de panique ce vendredi matin. Élèves et professeurs sont restés confinés de longues minutes. Il s'agit finalement d'une faute alerte.

 Les parents prévenus par leurs enfants via SMS ont été des dizaines à appeler le lycée, croyant à une alerte attentat
Les parents prévenus par leurs enfants via SMS ont été des dizaines à appeler le lycée, croyant à une alerte attentat © Maxppp -

Lunel, France

Élèves et personnels confinés, gendarmes sur place, parents affolés qui appellent l'établissement... Le déclenchement d'une alarme au lycée Louis-Feuillade à Lunel a provoqué un instant de panique ce vendredi matin. L'alarme s'est déclenchée de manière "intempestive", mais on a cru un temps à une véritable alerte. Dans pareil cas, la procédure veut que tout le monde reste confiné dans les classes. Certains élèves se sont même cachés sous leurs tables.

La rumeur s'est propagé vitesse grand V

Les parents ont commencé à recevoir des SMS où leurs enfants parlaient d'un colis suspect. La rumeur a vite gagné Twitter. "Mon fils m'a envoyé une photo sur Snapchat, où les élèves sont assis par terre, sous les tables, raconte Maryline, la mère d'un élève de première. Je lui ai demandé si c'était un exercice, il m'a dit « je sais pas ». J'ai attendu, et puis un peu plus tard, il m'a envoyé une petite vidéo sur laquelle on voit des policiers en train de courir avec les armes à la main. Là j'ai commencé à avoir peur, mon fils m'a dit qu'ils avaient barricadé les salles de cours avec les tables et les chaises. La prof avait très très peur"

Les gendarmes ont été envoyés sur place. 

Déclenchée par des ouvriers

Au final, fausse alerte. Selon le rectorat, ce sont des ouvriers qui travaillaient sur le réseau électrique qui ont malencontreusement déclenché cette alarme installée récemment. Elle a sonné pendant de longues minutes, le temps de trouver le moyen de l'arrêter. 

L'établissement a été évacué le temps que les forces de l'ordre le fouillent, afin de lever le doute. Les cours ont repris peu après midi. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu