Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Fausses rumeurs : trois personnes jugées en Seine-Saint-Denis pour les expéditions punitives contre des Roms

mercredi 27 mars 2019 à 12:16 - Mis à jour le mercredi 27 mars 2019 à 17:39 Par Suzanne Shojaei, France Bleu Paris et France Bleu

Trois majeurs sont jugés ce mercredi après-midi à Bobigny, en Seine-Saint-Denis, pour des faits de "violence" et de "rébellion". Ils sont soupçonnés d'avoir participé aux expéditions punitives, en début de semaine, contre des Roms en Ile-de-France.

Trois majeurs passent en comparution immédiate devant le tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis) ce mercredi après-midi.
Trois majeurs passent en comparution immédiate devant le tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis) ce mercredi après-midi. © Radio France - Stéphanie Berlu

Bobigny, France

Ce sont "des dérives inacceptables". Voici les mots du porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, ce mercredi, pour qualifier les violences dont des Roms ont été victimes depuis le début de la semaine en Ile-de-France. Dix-neuf personnes ont été placées en garde à vue en Seine-Saint-Denis "pour des faits de violences volontaires, dégradations par incendie et participation avec arme à un attroupement survenus dans la soirée du 25 mars", selon un communiqué mardi du parquet de Bobigny. Une fausse rumeur circulant sur les réseaux sociaux est à l'origine de ces actes. 

Ces messages évoquent plusieurs tentatives d'enlèvements d'enfants par des personnes circulant en camionnette. La préfecture de police appelle sur Twitter à ne pas relayer ces "fausses informations".

Le parquet de Bobigny précise également dans un communiqué : "Aucun ne fait état d'un enlèvement ou d'une tentative d'enlèvement avéré."

Des nuits de violences

Dans la nuit de lundi à mardi, plusieurs personnes se sont introduites dans un pavillon squatté par des Roms, à Clichy-sous-Bois. Armés de bâtons et de différents projectiles, ces individus ont poursuivi les Roms alors qu'ils tentaient de s'enfuir. Les Roms ont fini par être escortés par la police jusqu'à la Porte de la Chapelle, avant de regagner le squat.

À Bobigny, cette fois, c'est une cinquantaine d’individus porteurs de couteaux et de battes de baseball qui ont menacé des Roms installés en bordure de la Nationale 3. Deux de leurs camionnettes ont été incendiées. Dans un autre quartier de Bobigny, une rixe a éclaté entre des Roms et une quinzaine d’individus. À Aubervilliers, Bondy et Noisy-le-Sec, même chose : la préfecture de police a reçu de très nombreux appels pour signaler la présence d’individus avec des bâtons à proximité de campements de Roms.