Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Fécamp : un tag "gilets jaunes" sur la porte de la permanence de la députée LREM Stéphanie Kerbarh

La députée de la majorité dépose plainte après la découverte ce mardi matin d'un tag "GJ on lâche rien" devant sa permanence fécampoise. La semaine dernière, de la colle avait été introduite dans la porte du bâtiment. "Je ne comprends pas cette volonté de dégrader", dénonce Stéphanie Kerbarh.

Le tag a été découvert ce mardi matin
Le tag a été découvert ce mardi matin - Twitter Stéphanie Kerbarh

Fécamp, France

Deux dégradations en une semaine, c'en est trop pour la députée LREM de Seine-Maritime Stéphanie Kerbarh qui a déposé plainte. "La semaine dernière, la serrure de ma permanence de Fécamp a été bloquée avec de la colle et ce mardi matin, un tag a été inscrit sur la porte. C'est un bâtiment ancien, historique et nettoyer ce tag coûtera plus cher que sur un bâtiment moderne. Il faut que ceux qui ont fait ça comprennent que c'est de l'argent public", s'agace l'élue.

Si la première dégradation n'a pas été revendiquée, le tag "GJ on lâche rien" est beaucoup plus explicite, et provoque, là encore, l'incompréhension de Stéphanie Kerbarh. "J'ai rencontré plusieurs fois les gilets jaunes de Fécamp et Bolbec, j'ai réussi à faire avancer des dossiers, je suis donc un peu désemparé de voir ce tag. Car là nous ne sommes plus dans la liberté d'expression, mais dans la volonté de dégrader", dénonce la députée de la majorité.

Suite à ces deux dégradations, la police renforce ses patrouilles dans le secteur de la permanence.