Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Grenelle des violences conjugales

Féminicide de Cagnes-sur-Mer : une deuxième enquête de l'IGPN ouverte par le parquet de Grasse

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Le principal suspect dans cette affaire de meurtre devrait dés ce mardi soir être mis en examen et placé en détention provisoire après son passage devant le parquet de Grasse (Alpes-Maritimes). Ce dernier a également ouvert deux enquêtes internes confiées à l'IGPN.

Un petit mémorial a été dressé dans l'impasse à côté de la gare de Cagnes-sur-Mer où a été retrouvé le corps de la jeune femme.
Un petit mémorial a été dressé dans l'impasse à côté de la gare de Cagnes-sur-Mer où a été retrouvé le corps de la jeune femme. © Radio France - Laurent Vareille

Cagnes-sur-Mer, France

Le parquet de Grasse a très vite réagi aux deux aspects de ce féminicide. Tout d'abord pour le principal suspect, le compagnon de la victime, dont la garde à vue s'est terminée ce mardi après-midi. Il n'était pas question de le laisser sortir pour les enquêteurs. Il devrait donc être mis en examen et placé en détention provisoire. Le parquet de Grasse a également fait savoir qu'une information judiciaire était ouverte pour meurtre par concubin. 

Côté enquête de la police des polices, l'IGPN est saisie de deux dossiers en interne. Le premier, plus administratif et ouvert dès lundi, pour connaitre les conditions d'intervention de la police nationale au moment des faits. Mais mardi, une deuxième enquête a été ouverte par le parquet et confiée là aussi à l'IGPN. Elle est encore plus précise et porte cette fois-ci très clairement la mention "non-assistance à personne en danger".

Salomé G., 21 ans, est la 100e victime de féminicide depuis le début de l'année, selon plusieurs associations.

Choix de la station

France Bleu