Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Féminicide à Oberhoffen-sur-Moder : le délai d'intervention était "habituel" selon la gendarmerie

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Deux jours après le meurtre de Sylvia Walter, tuée par son mari à Oberhoffen-sur-Moder le 10 novembre, la gendarmerie assure que le délai d'intervention pour arriver sur place était "habituel". La fille de la victime a mis en cause les forces de l'ordre sur le temps mis pour arriver sur les lieux.

La maison où habitait Sylvia Walter, tuée par son compagnon le 10 novembre 2019, à Oberhoffen-sur-Moder.
La maison où habitait Sylvia Walter, tuée par son compagnon le 10 novembre 2019, à Oberhoffen-sur-Moder. © Maxppp - Franck KOBI

Schweighouse-sur-Moder, France

Beaucoup de questions restent en suspens après le meurtre de Sylvia Walter, victime d'un féminicide à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin) dimanche soir. La femme de 40 ans a été tuée de quatre coups de couteau par son mari. Sa fille, Stella, assure dans un entretien à France Bleu Alsace que les gendarmes ont mis trop de temps à réagir : "entre 15 et 30 minutes", selon elle, alors que la caserne de Bischwiller se situe à trois minutes du domicile de sa mère. 

La gendarmerie nationale se défend. "Il faut comprendre que ces situations - et encore  plus quand cela se passe la nuit- sont extrêmement complexes et difficiles. Le délai de route pris par les gendarmes est habituel. Pour ce cas-là, on parle de vingt minutes, c'est ce qu'il a fallu à la patrouille être sur place et pour ensuite, estimer la dangerosité de l'auteur présent sur place" explique la porte-parole Maddy Scheurer.

Trois appels dimanche soir, dont celui de l'auteur des faits

Mercredi, sur France Bleu Alsace, le Général Marc Clerc, commandant du groupement de gendarmerie du Bas-Rhin, a retracé la chronologie des faits : le premier appel parvenu au centre opérationnel de la gendarmerie signalait, selon lui, une "dispute familiale". "Quelques minutes plus tard", indique le patron des gendarmes bas-rhinois, c'est l'auteur même du crime qui a appelé pour dire "qu'il avait tué son épouse"

Un troisième appel est parvenu aux gendarmes, de la part d'un voisin, "qui faisait état d'un coup de feu avec une personne à terre". Le général Clerc décrit une "situation évolutive" mais une situation dont l'urgence "a été prise en compte" par ses services. Quant au délai "d'un peu de plus de 20 minutes", le militaire le qualifie de "moyen"

Quoi qu'il en soit, mardi soir, la gendarmerie nationale a annoncé qu'elle saisissait son inspection générale, l'IGGN, pour enquêter sur les circonstances de l'intervention des gendarmes.

Mardi soir, le mari de Sylvia Walter a été mis en examen pour meurtre sur conjoint et placé en détention provisoire. L'enquête se poursuit.

Oberhoffen-sur-Moder. - Radio France
Oberhoffen-sur-Moder. © Radio France - Blandine Costentin avec Datawrapper
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu