Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Féminicide d'Aurélia Varlet : son frère menace d'une grève de la faim

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Besançon

Il y a six ans, le 14 août 2013, Aurélia Varlet était abattue de trois balles dans le dos par son ex-compagnon. Depuis, sa famille attend toujours des réponses. Son frère Giovanni menace de commencer une grève de la faim en septembre.

Selon le collectif "Féminicides par compagnon ou ex", 90 femmes ont été tuées par leur mari ou ex-compagnon depuis le 1er janvier 2019
Selon le collectif "Féminicides par compagnon ou ex", 90 femmes ont été tuées par leur mari ou ex-compagnon depuis le 1er janvier 2019 © Radio France - Rémi Brancato

La Rivière-Drugeon, France

Aurélia Varlet avait 32 ans quand elle est morte le 14 août 2013, de trois balles dans le dos, abattue par son ex-compagnon. Six ans après, sa famille se bat pour obtenir des réponses. Son frère Giovanni est prêt à entamer une grève de la faim pour avoir la vérité. "On joue avec notre douleur, c'est long et c'est pas normal. Je suis prêt à risquer ma vie s'il le faut", s'exclame-t-il, fatigué mais toujours aussi énervé. 

Encore des zones d'ombres

Pour la famille Varlet, cet homicide aurait pu être évité, et il reste encore de nombreuses zones d'ombre : pourquoi les plaintes déposées par la précédente compagne, elle aussi menacée et harcelée n'ont rien donné ? Et surtout le meurtrier a-t-il été protégé par l'un de ses amis gendarme, et un autre policier? "Il y a un vrai malaise quand on pose cette question", affirme Giovanni. 

Les deux enquêtes, celle de l'IGPN, la police des polices, et celle de l'IGGN pour les gendarmes, se sont terminées fin mars, mais la famille attend toujours les conclusions. En attendant, ils vont consulter leur avocat Me Randall Schwerdorffer pour voir quel nouveau type d'action ils peuvent entamer. Sinon, en septembre, ce sera la grève de la faim, à proximité du ministère de l'Intérieur à Paris.