Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Féminicide d'Hayange : le meurtre de Stéphanie Di Vincenzo fait réagir politiques et candidats aux élections

Membres du gouvernement, élus et candidats aux élections régionales dans le Grand Est réagissent et s'interrogent après le meurtre de Stéphanie Di Vincenzo, dans la nuit de dimanche à lundi à Hayange.

L'émotion est forte à Hayange, après le meurtre de Stephanie Di Vicenzo
L'émotion est forte à Hayange, après le meurtre de Stephanie Di Vicenzo © Maxppp - Pierre HECKLER

Au lendemain de la conférence de presse du Procureur de la République de Metz au cours de laquelle Christian Mercuri a assuré qu'il n'y avait "pas eu de dysfonctionnement judiciaire" après le féminicide dont a été victime Stéphanie Di Vincenzo à Hayange le week-end dernier, plusieurs membres du gouvernement ainsi que des élus et candidats aux élections régionales dans le Grand Est se sont publiquement interrogés sur de possibles défaillances.  

Les candidats aux élections régionales réagissent

Le président (LR) du Conseil régional du Grand Est, Jean Rottner, a réclamé sur LCI "une enquête administrative". Pour l'Alsacien, candidat à sa propre succession, "ce drame pose des questions, le lien entre la police et la justice, le suivi des signalements, le suivi des dépôts de plainte." 

Au Rassemblement National, Laurent Jacobelli qui brigue également la présidence du Grand Est, estime que l'auteur présumé des faits, un ressortissant kosovar de 23 ans, disposant du statut de réfugié politique, aurait dû être "expulsé." 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La protection des femmes victimes de violence

L'affaire, qui pose une fois de plus la question de la protection des femmes victimes des violences de leur conjoint, embarrasse jusque dans les rangs du gouvernement. "Je suis très choquée" qu'on ait proposé à la victime du féminicide d'Hayange d'héberger son compagnon violent à sa sortie de prison, a déclaré Marlène Schiappa, ministre chargée de la Citoyenneté, ce mercredi sur franceinfo. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Elle rappelle qu'il "y avait eu des mains courantes" signalant des violences conjugales, "ça veut dire qu'il n'y a pas eu d'étude du dossier et de la situation réelle".  "L'enquête doit faire toute la lumière et dire pourquoi" la plainte pour menaces de mort déposée par la victime n'est pas remontée jusqu'au parquet, poursuit Marlène Schiappa. 

"Est ce qu'il y a défaillance ? Il y a des retours d'expérience qui sont faits sur ces différentes situations. Que ce soit Eric Dupond-Moretti ou que ce soit Gérald Darmanin, ils ont bien compris qu'il fallait travailler sur une meilleure coordination des différents services de la Justice et de l'Intérieur" a pour, sa part, réagi Elisabeth Moreno, ministre déléguée chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, toujours sur Franceinfo.

Un rassemblement en hommage à la victime doit se tenir ce mercredi à 18h devant l'Hôtel de Ville d'Hayange. Un autre rassemblement est prévu à la même heure à Algrange. 

Violences conjugales : 43 féminicides en France depuis le début de l'année
Violences conjugales : 43 féminicides en France depuis le début de l'année © Visactu
3919 : le numéro d'urgence pour les femmes victimes de violence conjugale
3919 : le numéro d'urgence pour les femmes victimes de violence conjugale © Radio France - Radio France
Choix de la station

À venir dansDanssecondess