Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Féminicides : les familles et proches de victimes proposent des mesures pour le "Grenelle des violences conjugales"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Dans une tribune publiée sur Franceinfo ce vendredi, les familles et proches de 35 victimes tuées par leur conjoint ou ex-compagnon proposent "des mesures concrètes et rapides", dont l'inscription du terme "féminicide" dans le code pénal. Un Grenelle des violences conjugales est prévu en septembre.

Rassemblement d'associations féministes et de lutte contre les violences faites aux femmes, place de la République à Paris, samedi 6 juillet 2019.
Rassemblement d'associations féministes et de lutte contre les violences faites aux femmes, place de la République à Paris, samedi 6 juillet 2019. © Maxppp - LP/Aurélie Ladet

"Elles sont nos mères, nos filles, nos sœurs, nos amies... Et elles ont été lâchement assassinées." Ainsi débute la tribune publiée ce vendredi sur franceinfo.fr par des proches de femmes tuées par leur conjoint ou ex-compagnon. "Ces meurtres, ces assassinats auraient pu être évités" soutiennent ces familles qui demandent à être reçues lors du "Grenelle des violences conjugales" qui se tiendra à partir du 3 septembre.

Le terme féminicide dans le Code pénal et formation des forces de l'ordre

Les auteurs de la tribune énumèrent plusieurs propositions de mesures, à commencer par "l'inscription du terme féminicide dans le Code pénal, en tant que crime machiste et systémique" et "la mise en place de sanctions pour les membres de forces de l'ordre qui manquent à leur devoir" en ne prenant pas des plaintes de femmes victimes de violences conjugales. 

Parmi les préconisations figurent le déploiement de formations spécifiques pour les policiers et gendarmes, "l'ouverture immédiate d'une procédure lorsqu'un témoin vient signaler qu'une femme subit des violences" et "la création de foyers destinés" aux auteurs de violences conjugales, car "c'est aux hommes violents de quitter le domicile conjugal et non à leurs victimes".  

"C'est la société tout entière qu'il faut mobiliser"

"C'est la société tout entière qu'il faut mobiliser sur ce sujet", conclut la tribune. "L'Éducation nationale doit prendre sa part" et "les médias ont aussi un rôle pédagogique à jouer". Sur son compte Twitter, la secrétaire d'État à l'égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, a salué une "tribune forte, courageuse et pertinente". Le "Grenelle des violences conjugales est enfin l’occasion de changer la société, de renforcer la protection des femmes. Nous y sommes déterminés" a-t-elle assuré.

"L'heure n'est pas d'inscrire le féminicide au code pénal. Ça a valeur de symbole - et je comprends que les victimes y soient attachées - mais ça ne changera rien", a réagi Luc Fremiot, ancien procureur de la République de Douai sur Franceinfo. D'après le magistrat, très investi dans la lutte contre les violences faites aux femmes, la mise en oeuvre de "la tolérance zéro, la suppression des mains courantes au profit des plaintes, l'éloignement de l'homme violent du domicile et son placement dans des foyers dédiés" sont une priorité. Autre urgence selon Luc Frémiot, renforcer "le contrôle des activités pour pointer les dysfonctionnements : lorsque des fonctionnaires de police refusent de prendre une plainte ou ne la traite pas, il faut des sanctions."

Le collectif "Féminicides par compagnon ou ex" a recensé 78 féminicides depuis le 1er janvier 2019. En 2018, 121 femmes ont été tuées lors de violences au sein du couple.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess