Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Féminicides : un collectif réclame des "mesures immédiates" à Emmanuel Macron

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Après l'appel lancé dimanche dans "Le Parisien" par un Collectif de proches et familles de victimes de féminicides, des féministes demandent ce jeudi à Emmanuel Macron de prendre "cinq mesures immédiates" contre les meurtres de femmes par leur compagnon ou ex-compagnon.

Manifestation pour les droits des femmes en mars 2019 à Annecy.
Manifestation pour les droits des femmes en mars 2019 à Annecy. © Maxppp - Grégory YETCHMENIZA

Selon un décompte affiché sur la page Facebook "Féminicides par compagnons ou ex", 72 femmes ont été tuées dans ces circonstances depuis le début de l'année 2019. Ce jeudi dans Le Monde, un collectif mené par Caroline de Haas et composé de figures féministes de personnalités somme Emmanuel Macron de prendre "cinq mesures immédiates" pour mieux protéger les femmes victimes des violences de leur conjoint ou ex-conjoint.

En tête des priorités : "donner la consigne ferme aux commissariats et gendarmeries qu'aucune femme victime de violence au sein du couple ne reste sans réponse" ; augmenter le nombre d'ordonnances de protection attribuées en France (1.300 par an actuellement, contre 20.000 en Espagne) ; suspendre "l'autorité parentale d'un père meurtrier le temps de l'instruction" ; ouvrir des places d'hébergement supplémentaires et mettre en place un "plan de détection systématique des violences à l'hôpital".

Dimanche déjà, un Collectif de proches et familles de victimes de féminicides avait lancé un appel dans le journal Le Parisien. Dans ce texte intitulé "Protégez-les", elles demandent la mise en place d'une politique de prévention : "Les solutions existent pour éviter certains drames, certaines sont à développer, d'autres à créer". "On aimerait que notre gouvernement nous entende et arrête ce massacre", affirme dimanche sur franceinfo Céline Lolivret, porte-parole du collectif, "aujourd'hui, aucun de nos ministres, ni notre président ne parlent des féminicides".

"Toutes les femmes décédées ont en moyenne porté plainte quatre à cinq fois"

"Toutes les femmes qui sont décédées ont en moyenne porté plainte quatre à cinq fois", souligne Céline Lolivret. "Aujourd'hui, quand une femme va porter plainte, sa plainte se transforme en main courante. On aurait peut-être pu éviter ces drames", se désole la porte-parole.   

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le Collectif des proches et familles de victimes de féminicides en appelle à un Grenelle des violences faites aux femmes pour que toutes les parties prenantes, police, justice, services sociaux, associations, écoles, agissent ensemble. Il faudrait, par exemple, des moyens pour que, dans chaque commissariat, quelqu'un soit dédié à “l'accueil fait aux femmes battues".

Pour relayer son appel, le Collectif appelle à un rassemblement le samedi 6 juillet 2019 à Paris, pour attirer l'attention sur les victimes de féminicides. En présence de la comédienne Muriel Robin, le collectif réunira les familles de victimes et toutes les associations de femmes qui luttent contre les violences. "Les noms des 70 femmes mortes depuis le début de l'année seront évoqués", détaille Céline Lolivret, et "15 revendications seront énoncées".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess